Dossier Spécial

Marche Verte/Artisanat: Quatre métiers menacés préservés

Par L'Economiste | Edition N°:5141 Le 03/11/2017 | Partager
La vannerie, le tissage des tentes, la sculpture sur bois,…
La dépense moyenne au Sahara supérieure au reste du Maroc
artisanat_sahara_041.jpg

Les ménages sahraouis sont épris de produits d’artisanat. Ils dépensent en moyenne par an 13.765 DH dans la région de Dakhla et 7.102 DH dans celle de Laâyoune contre 2.361 DH dans le reste du territoire national

Le Département de l’Artisanat est formel: les métiers menacés d’extinction doivent être préservés. Quatre métiers, exercés essentiellement par les femmes sahraouies, viennent d’être sauvés in extrémis. Il s’agit de la vannerie, du tissage des tentes, de la sculpture sur bois (Jdari) et la maroquinerie. L’objectif est d’assurer la sauvegarde des techniques liées à ces métiers. L’idée est de transcrire et transmettre les connaissances et le savoir-faire aux générations montantes.

Dans les provinces du Sud, l’artisanat est prospère. Qui l’eut cru, la plus grande dépense moyenne annuelle est réalisée par les ménages sahraouis. En effet, ils dépensent 13.765 DH dans la région de Dakhla et 7.102 DH dans celle de Laâyoune contre 2.361 DH dans le reste du territoire national. Le Ministère de tutelle rappelle que le chiffre d’affaires enregistre un taux de croissance. Au cours de ces dernières années, le Ministère a été attentif au secteur dans les provinces du Sud.

Ainsi, celles-ci sont dotées de plusieurs espaces de production et de commercialisation de produits d’artisanat comme notamment les villages d’artisans de Dakhla, Boujdour, Tarfaya, Tata et  Zag. A cela s’ajoutent les ensembles artisanaux de Laâyoune, Guelmim, Tan-Tan, Smara et Assa. Ces provinces avaient également bénéficié de trois plans de développement régionaux dans le cadre de la stratégie du développement du secteur «Vision 2015», initiée par Adil Douiri, alors ministre du Tourisme et de l’Artisanat.

Cela a été relayé par le programme de développement intégré des provinces du Sud 2016-2021, dont les conventions cadres ont été signées en novembre 2015 devant le Souverain pour la région de Laâyoune-Sakia Al Hamra et en février 2016 pour les régions de Guelmim-Oued Noun et Dakhla-Oued Eddahab. Pour ces trois régions, le ministère de tutelle a imprimé une nouvelle dynamique de développement du secteur. Plusieurs actions ont nécessité un budget de 170,3 millions de DH, financé à hauteur de la moitié par le ministère de tutelle et l’autre moitié par les régions.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc