Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5141 Le 03/11/2017 | Partager

■ A Singapour, une «salle de la rage» pour évacuer le stress
Evacuer le stress après une mauvaise journée au travail? A Singapour, où salariés et étudiants sont soumis à une forte pression, une «salle de la rage» permet de se défouler en cassant des objets avec une batte de baseball. La «salle de fragmentation» ("Fragment room") est une sorte de cellule composée de quatre murs en béton épais, où il faut payer pour une forme inhabituelle d'évacuation du stress. Après avoir enfilé une salopette blanche, un casque, des gants et des chaussures de protection, le massacre peut commencer: casser des plats, verres et imprimantes avec batte de baseball ou simplement frapper par terre. Ouverte depuis six mois, cette salle attire nombre d'habitants de la ville-Etat d'Asie du Sud-Est. Pays ultra-moderne et riche, Singapour est aussi connu pour le niveau de stress élevé de ses citoyens, de l'école à l'âge adulte, en raison de l'esprit de compétition. «Tout le monde à Singapour est stressé, peu importe votre origine, votre passé, ce que vous êtes», déclare à l'AFP Royce Tan, créateur de la «salle de fragmentation». «Que ce soit à l'école, au travail, dans vos relations personnelles, tout est stressant», ajoute-t-il. Cette salle, comme il en existe dans d'autres villes du monde, offre deux options d'une demi-heure chacune: casser un nombre limité d'objets pour 38 dollars de Singapour (24 euros) ou le «paquet anéantissement» pour démolir autant d'objets que possible pour 350 dollars de Singapour (220 euros). Les objets sont fournis en grande majorité par la salle, aménagée dans une usine de nouilles désaffectée dans le centre de Singapour, mais les clients peuvent aussi apporter les leurs. Au cours d'un récent après-midi, deux étudiants de 18 et 19 ans qui venaient de finir leurs examens sont venus se défouler en démolissant des objets, notamment une imprimante. «Quand nous sommes en cours, nous imprimons toujours des choses pour la classe -- alors le fait de pouvoir de casser une imprimante, c'est incroyable», a raconté Kylie Low, étudiante en droit.
 
■ Le Pape François reconnaît qu'il s'endort parfois en priant
Le Pape François a reconnu qu'il lui arrivait de s'endormir lorsqu'il priait, tout en assurant que c'était une manière parmi d'autres de «sanctifier le nom de Dieu». «Moi aussi quand je prie, des fois je m'endors», déclare en souriant le pontife argentin dans un entretien diffusé par la télévision catholique italienne TV2000. «Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus disait qu'elle aussi le faisait et que cela plaisait à Dieu», ajoute-t-il avant de citer un psaume appelant le croyant à «être devant Dieu comme un enfant dans les bras de son père». «C'est une des nombreuses manières de sanctifier le nom de Dieu, me sentir enfant dans ses bras», assure le pape, laissant entendre qu'il n'y avait pas de meilleur endroit pour s'endormir. A 80 ans, Jorge Bergoglio semble débordant d'énergie quand il rencontre les foules, mais son visage se fait grave quand il prie, restant souvent la tête baissée et les yeux fermés pendant de longs moments.
Si son agenda est toujours très chargé, son rythme reste régulier: il se couche chaque soir avant 21h00 pour se lever à 4h00, et s'accorde toujours une petite sieste après le déjeuner, selon des sources vaticanes.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc