Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5140 Le 02/11/2017 | Partager

Limogeage ministériel: L’exception Hassad

cari_cl_040.jpg

Le limogeage de Mohamed Hassad a surpris tout le monde. Une décision qui a suscité de vives réactions de la part de nos lecteurs (cf. notre édition du 26/10/2017)

■ Un homme qui a changé la face de l’éducation
Mohamed Hassad demeure et reste un grand homme. Il a montré plus d’une fois que c’était un homme d’action et de résultat. Il a aussi osé défier la mafia et a contribué aux récents changements majeurs en matière  d’éducation. Je suis convaincu qu’il ne méritait pas du tout cette sanction!
Hammouch

■ Un remplacement stratégique nécessaire!
Il faudra absolument que le Premier ministre remplace Mohamed Hassad par un autre homme politique de sa trempe, c’est-à-dire par quelqu’un qui a le sens de la réforme et qui soit conscient de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le secteur de l’enseignement au Maroc actuellement. Il faudra une personne qui puisse rétablir l’ordre dans ce domaine et qui défende l’enseignement public au détriment du privé. L’enseignement public a atteint un niveau plus que médiocre, cela saute aux yeux! Nos enfants valent mieux que cela. Ils méritent un enseignement digne et utile!
MMR

■ Un problème de responsabilisation des projets
Il est vrai que Mohamed Hassad est un grand serviteur de l’Etat, mais il faut aussi prendre en considération sa responsabilité réelle dans le retard du projet d’Al Hoceïma. Je précise que l’ossature des réformes au sein du Ministère de l’Education existe depuis longtemps. Le problème se trouve plutôt dans l’application et la concrétisation de ces dernières à tous les niveaux, allant des académies aux établissements, en passant également par les enseignants et les fonctionnaires. La politique royale doit donc concerner tous les acteurs, y compris ceux situés en bas de l’échelle.
houcine

                                                                       

Affaire Tariq Ramadan: Le mythe s’effondre-t-il?

tarik_ramadan_040.jpg

■ Une femme sans aucun scrupule
Personne ne doute des mensonges de Henda Ayari! Elle veut tout gagner, mais elle risque gros. Cette femme veut passer pour une intellectuelle pour faire l’intéressante, en espérant avoir de l’argent en retour… J’espère qu’elle n’a pas de mari car elle est capable de lui faire pire… C’est une femme qui n’a aucun scrupule !
Ali-Hamadi Roukia
■ De simples calomnies!
Je ne suis pas convaincu par l’histoire ressortie par Henda Ayari. Cette femme est en effet divorcée et me semble dangereuse. Je pense que ses accusations ne sont que des calomnies visant à soutirer de l’argent à Tariq Ramadan ou tout simplement à salir sa réputation.
Abdelmoughitbarri1

                                                                       

casa-ordures-040.jpg

Propreté à Casablanca: Pari difficile pour l’après SITA

Après le «divorce» entre la Commune urbaine de Casablanca et Sita Blanca, il y a de cela quelques semaines, les Casablancais étaient en droit d’espérer avoir une ville propre et sans déchets. Mais le pari n’est pas encore gagné si l’on en croit les avis de nos lecteurs. Explications (cf. notre édition du 26/10/2017).

 ■ Peut-on espérer des jours meilleurs?
Allons-nous enfin avoir un centre-ville propre à Casablanca? Il serait en effet temps que la métropole soit dotée de poubelles dignes de ce nom et de ramassages réguliers des déchets. J’aimerais par ailleurs qu’on en finisse définitivement avec les éboueurs qui s’amusent à déposer les poubelles à quelques mètres des immeubles! Enfin, rien de tout cela ne sera possible sans un brin de conscience et de volonté de la part de nos citoyens… Ces derniers doivent impérativement jeter leurs déchets à l’intérieur des poubelles conçues à cet effet.
Braud

■ Le devoir de chacun
En tant que citoyenne, je demeure persuadée qu’il faut sensibiliser les Marocains à la propreté de l’espace public. Ce n’est qu’à travers le changement des mentalités et de la société que notre ville deviendra propre. Il faudra donc compter sur la contribution de chacun pour aboutir à des résultats visibles.
El Guadi

                                                                       

■ Cessons d’insulter les professeurs des Facs de droit!
C’est malheureusement la troisième fois que les enseignants des Facultés de droit sont insultés. Il y en a marre! Je respecte le sérieux de votre journal, mais vous devriez prendre en considération tous les indicateurs de ce problème. Il faut savoir en fait que la grande majorité de leurs étudiants occupent un emploi et gagnent environ trois fois le salaire dudit enseignant. Cessez de les blâmer et demeurez objectif dans votre traitement de l’information.
Hassania Cherkaoui

■ Exécution des sentences
Au sujet de l'article du lundi 30 octobre sur l'exécution des jugements, il n’est pas nécessaire de réviser le Code de procédure. En effet, la convention internationale ratifiée par le Maroc prévoit l’exécution obligatoire des sentences arbitrales et de médiation.
Pr Cherkaoui

■ Vol de câbles de TGV: Sanctionnons les coupables!

cables-tgv-040.jpg

Le vol des câbles de la ligne du TGV est un véritable drame en soi. Si les voleurs sont attrapés, ils méritent largement la peine capitale pour avoir mis en danger la vie des voyageurs. Vous rendez-vous compte des dégâts catastrophiques du déraillement d’un train qui fonce à une allure de 300 km/h? De tels individus ne doivent en aucun cas être intégrés dans notre société et sont à mon sens particulièrement hostiles et imprévisibles! Je passe peut-être pour un homme sans cœur, mais si vous aviez comme moi été témoin de ce genre de drames, vous comprendriez mon amertume…
B.S.

■ Basketball: Le Maroc en demi-finale
Bravo aux lions de l’Atlas! Enfin, on peut désormais rêver d’être champion d’Afrique en matière de… basketball! Ce sport est particulièrement négligé sous nos latitudes. Ailleurs, il demeure pourtant très populaire! Il me paraît essentiel de le démocratiser. Il n’y a pas que le football dans la vie!o
Anas

 Enseignement: Agissez messieurs les décideurs!
Les Marocains sont prêts à accepter toutes les réformes qui rendront à l’école sa mission initiale, laquelle consiste à préparer les générations futures à prendre le flambeau et à relever le défi du développement civilisationnel et économique du pays. Le Maroc a beaucoup trop souffert des manœuvres politiciennes et du laxisme de ses décideurs, tous autant responsables les uns que les autres de la mauvaise passe dans laquelle se trouve le système d’enseignement actuel. Il est grand temps d’intégrer une fois pour toute que l’avenir du Maroc est directement relié à celui de son école!
Saber

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc