Société

Atticool: L’alternative écologique au réfrigérateur

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5139 Le 01/11/2017 | Partager
Fabriquée à base d'argile, cette innovation s'adresse aux populations isolées
Un accord de partenariat vient d’être signé pour développer le projet
atticol_039.jpg

 Les premiers modèles Atticool permettent une conservation optimale des aliments et de leurs bienfaits nutritifs. Sans électricité, le principe repose sur l’alliance de l’argile et du sable pour produire du froid (Ph. Atticool)

La méthode date de l’Antiquité. Sauf qu’à cette époque, cet ancêtre du frigidaire, fait d’argile et de sable, voyait ses degrés de froid varier en fonction de la température ambiante. Alors de longues décennies plus tard, un jeune marocain a posé sa touche scientifique en visant la conservation de l’équilibre thermique. Cette alternative écologique au réfrigérateur, appelée Atticool, a atteint les 8°C constants même pendant les torrides mois d’été.

Tout cela bien sûr sans électricité. Pur produit de l’enseignement au Maroc, Mohamed Atti, étudiant en techniques de la céramique à l'Académie des arts traditionnels de Casablanca, creuse donc sa place dans la ronde des entrepreneurs innovants. «J’ai 6 ans d’expérience aujourd’hui dans l’entrepreneuriat avec la création de plusieurs startup qui n’ont pas connu le succès. Atticool est donc le fruit de plusieurs échecs» explique-t-il avec malice.

En effet, ces «ratages» lui ont permis de gagner en assurance et en force et de connaître aujourd’hui une vraie réussite avec sa startup environnementale, incubée à l’Espace Bidaya et soutenue par Super Cerame, une entreprise du groupe Chaabi, leader de la céramique au Maroc. Ces deux entités et l'Académie des arts traditionnels viennent de signer un accord de partenariat pour accompagner le développement du projet.

atticol-1-039.gif

Un accord de partenariat vient d’être signé pour  développer le projet mis au point par Mohamed Atti (en chemise blanche), entre l’incubateur Espace Bidaya (représenté à gauche par sa directrice Yasmine Berrada), l’entreprise Super Cerame et son DG (au centre) Fouad Benzakour, et Amina Akkach (à droite), responsable pédagogique à l'Académie des arts traditionnels (Ph. Atticool)

Descendre la production de froid à 4°C et diversifier les gammes et les dimensions de ce réfrigérateur étant les travaux en cours. «Nous travaillons également à minimiser les coûts de production» explique Atti, grâce notamment à Super Cerame, «un soutien essentiel» pour lui, qui lui ouvre les portes de son unité de production à Ain Sebaa, afin de démarrer sa production industrielle et ses tests produit.

Atticool est une solution qui se destine à répondre aux besoins des populations géographiquement isolées, non rattachées au réseau électrique et dont les revenus sont limités. Mais la clientèle intéressée ne se limite pas à ce profil. En effet, la solution s’adapte également aux citadins soucieux de réduire leur empreinte énergétique.

Pour eux précisément, la startup travaille un design plus abouti, commercialisé autour de 1.000 DH, soit le double du prix de vente du modèle de base, les deux étant fabriqués en carreau de céramique à l’aide des dernières techniques d’émaillage sans plomb ni pollution.

Sa version industrielle sous le bras, Mohamed Atti participe actuellement à l’exposition Pollutec à Casablanca, avant de rejoindre le Morocco Solar Festival à Ouarzazate en novembre et le concours d’entrepreneuriat «Le Phare» en avril 2018 en France à Marseille, où il représentera le Maroc. Déjà auréolé, entre autres récompenses, du 1er prix de la compétition Solve 4 tomorrow 2016 et du 1er prix de la 2e édition marocaine «Le Phare», le projet Atticool a tout pour devenir grand.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc