Régions

Nador: Le cinéma pour rapprocher les cultures du monde

Par Karim Agoumi | Edition N°:5139 Le 01/11/2017 | Partager
Le Festival international de cinéma et mémoire commune débarque le 7 novembre
L’actrice espagnole Esther Regina y sera présidente du jury long métrage
Un rendez-vous pour préserver la mémoire collective et souder les peuples
esther_regina_039.jpg

La ville de Nador abritera dès le 7 novembre la sixième édition du Festival  international de cinéma et mémoire commune. L’évènement mettra notamment en lice 8 longs métrages espagnols, indiens ou encore marocains qui seront départagés par un jury présidé par l’actrice espagnole Esther Regina (Ph. Floredo)

Rapprocher culturellement les peuples du monde et préserver leur histoire à travers le septième art. C’est dans cette optique que la ville de Nador abritera, du 7 au 12 novembre, la 6e édition du Festival international de cinéma et mémoire commune. Une manifestation culturelle qui sera ponctuée de discussions et de films sur les valeurs partagées par les citoyens du globe, distillant au passage un formidable message de paix et de tolérance. Huit longs métrages, représentant l’Espagne, la Grèce, le Maroc, l’Inde ou encore l’Irak, seront projetés aux visiteurs et entreront en compétition.

Les meilleures productions pourront ainsi tenter de rafler les prix du meilleur scénario, du meilleur rôle féminin ou encore celui du public. Un jury chargé d’évaluer les qualités techniques et la portée historique de ces œuvres sera par ailleurs présidé par l’actrice espagnole Esther Regina, connue pour avoir joué dans le film «Ispansi» qui raconte la fuite particulièrement éprouvante des enfants espagnols en URSS lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le documentaire occupera également une place prépondérante au cours du festival. Ce genre cinématographique est en effet l’un des rares à pouvoir décrire avec autant de réalisme les traits culturels des différentes régions du globe et à retracer leur histoire dans les moindres détails.

Au total, pas moins de neuf films marocains, français, brésiliens ou encore canadiens «disséqueront» la langue ou encore la religion de chacun de ces pays et seront en lice pour quatre prix spécialement réservés à cette catégorie. Afin de les départager, un jury présidé par l’acteur et réalisateur français Pierre Henri Deleau, chargé de la sélection de la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes de 1969 à 1998, sera de la partie.

Cette nouvelle édition aura par ailleurs pour invité d’honneur l’Inde. Le pays, connu pour ses stars bolywoodiennes, ses couleurs et ses saveurs uniques et qui nourrit l’imagination des cinéphiles depuis des décennies, fera l’objet d’un colloque international qui se focalisera en premier lieu sur la religion de ce pays.

Former les amateurs et professionnels du septième art sera aussi l’un des objectifs phares de l’évènement. Une master class est prévue pour distiller de précieux conseils techniques aux intéressés, mais également pour les sensibiliser au rôle de «mémoire collective» occupé par le grand écran. Les enfants n’ont pas non plus été oubliés. Plusieurs ateliers d’initiation et de formation sur les métiers de cinéaste ou encore de producteur seront ainsi organisés au profit des élèves et étudiants de toute la région.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc