International

Capital humain: Ils misent le tout pour le tout dans leurs RH

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5139 Le 01/11/2017 | Partager
Indonésie, Rwanda et Argentine ont choisi d’investir dans les Hommes

Plusieurs pays parmi ceux réalisant les plus forts taux de croissance des dernières années consentent de grands efforts en matière d’éducation et de santé. L’Indonésie en fait partie. Le pays investit chaque année 20% de son budget dans l’éducation. En 2009, le pays aux 17.000 îles (257 millions d’habitants), a lancé son programme pour le préscolaire.

Depuis, 260.000 centres ont vu le jour, couvrant 700.000 enfants. Des transferts d’argent sont, par ailleurs, opérés au profit des familles pauvres afin de les encourager à garder leurs enfants à l’école. En matière de santé, une couverture médicale universelle a été mise en place.

Le Rwanda, qui a vécu l’une de ses pires crises entre 2000 et 2011, pour sa part, a fait de la nutrition, l’éducation des jeunes filles et l’emploi des jeunes ses priorités. Un plan national de lutte contre la malnutrition de 500 millions de dollars a ainsi été initié. Il vise à sortir, d’ici 2020, près de 630.000 enfants de leur retard de croissance. En matière d’éducation, la scolarisation des 6-16 ans a été rendue obligatoire en 2015.

Environ 10.000 classes primaires ont été construites dans le rural et 2 millions de kits scolaires sont distribués chaque année au profit des familles pauvres. Un ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’emploi a, par ailleurs, été mis en place, ce qui a permis de créer 2 millions d’emplois pour les jeunes entre 2012 et 2016.  
L’Argentine aussi s’est fixé trois domaines prioritaires: l’éducation, la santé et l’inclusion financière. Le pays s’est lancé le défi de révolutionner sa manière d’enseigner. Une révision totale des curricula est en cours. Le gouvernement a, en outre, décidé d’offrir un ordinateur à chaque élève. «Cela nous coûtera très cher, mais nous sommes convaincus que c’est la meilleure manière de dépenser notre argent», souligne Luis Caputo, ministre des Finances. 

Côté santé, une assurance universelle a été ouverte pour 15 millions de personnes, soit le tiers de la population, avec un médecin pour chaque famille qui établira des rapports numériques. Les efforts du gouvernement sont également concentrés sur l’inclusion financière des franges les plus vulnérables. Pour l’heure, seulement 50% de la population est bancarisée.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc