Régions

Rabat/Conseil de la ville: Le rappel à l’ordre de la wilaya

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5138 Le 31/10/2017 | Partager
6 élus du PAM interpellés sur le désordre lors de la dernière réunion
Niet pour le budget 2018, tant que le maire et le secrétaire du conseil ne se sont pas expliqués
Le wali a légalement le pouvoir de faire tomber des têtes
rabat-conseil-de-la-ville-038.jpg

La honte...! (Ph. Bziouat)

Plus question de scandales au sein du conseil de la ville et de vidéos honteuses d’élus déchaînés qui se battent comme des chiffonniers, comme cela fut le cas, lors de la session du 20 octobre dernier! Un manque de professionnalisme et de rigueur, et une image ternie, auxquels la wilaya de Rabat est décidée à mettre fin. De plus, ces confrontations répétées entre le maire PJDiste, Mohamed Sadiki, et les élus du PAM continuent de paralyser le vote du projet de budget 2018.

Une note a, ainsi, été adressée au maire et au secrétaire du conseil leur rappelant que la procédure de vote n’a pas respecté les dispositions de l’article 186 de la loi organique 113-14 relative aux communes. Ce qui remet en cause le contenu de l’arrêté envoyé à la wilaya signé conjointement par le maire et le secrétaire du conseil. Six autres élus du PAM ont été également interpellés. Ils doivent fournir des explications sur leurs comportements lors de la session sanglante du conseil de la ville.

Celle-ci a été marquée par des affrontements physiques entre les élus du PAM et ceux du PJD avec destructions d’une partie des meubles de la salle de la réunion. L’interpellation des élus par la wilaya risque de faire tomber des têtes. En usant de l’article 64 de la loi organique suscitée, le wali, en sa qualité de gouverneur de la préfecture de Rabat, peut saisir le tribunal administratif pour demander la révocation de l’un des élus concernés, et ce en fonction de la gravité de son cas.

L’intervention de la wilaya mettra-t-elle fin à cette situation qui déshonore la capitale du Royaume? A l’heure où nous mettions sous presse, cela devait être confirmé au cours de la réunion de la session d’octobre du conseil de la ville prévue lundi après-midi. Concernant les causes de ce blocage qui a trop duré, deux versions sont avancées. Du côté de l’opposition, on signale l’incompétence du maire et son équipe.

A ce titre, on rappelle les erreurs commises lors de la préparation des budgets, ce qui a conduit à leur refus par la wilaya. On soulève aussi le retard dans la préparation du Plan d’action de la commune et le monopole des conseillers du PJD pour la gestion des affaires de la ville. L’acharnement de certains élus du PAM s’explique par la fin des privilèges dont ils bénéficiaient auparavant: «carburant, portables, voitures, voyages à l’étranger…», rétorque un conseiller du PJD. On apprend que des contacts ont eu lieu dernièrement entre les deux clans pour que le PJD cède la direction de l’arrondissement de Youssoufia au PAM, mais cette opération n’a pas pu aboutir.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc