International

Espagne: Des milliers de manifestants anti-sécession

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5137 Le 30/10/2017 | Partager
La Catalogne sous tutelle
Repli en bourse des banques catalanes
La communauté internationale soutient Madrid

Les Catalans qui souhaitent rester dans l’Espagne ont occupé la rue à Barcelone, hier dimanche 29 octobre, à partir de midi. De nombreux Espagnols opposés à la sécession ont manifesté entourés d’un important dispositif policier. Le défilé de dimanche répond au rassemblement de dizaines de milliers de personnes, vendredi soir, qui ont fêté la naissance de la «République» catalane avec des feux d’artifice.

La région est plus que jamais divisée, deux jours après la proclamation d’indépendance votée par le parlement catalan. Un mois après le référendum d’autodétermination, le parlement catalan a adopté, vendredi 27 octobre, une résolution déclarant que la région devient «Etat indépendant prenant la forme de république». La résolution déclarant l’indépendance a été adoptée par 70 voix pour (sur 135 députés), en l’absence de la plus grande partie de l’opposition, qui avait quitté l’hémicycle.

En réaction, le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a annoncé la destitution de Carles Puigdemont, la dissolution du Parlement de la Generalitat et l’organisation d’élections anticipées le 21 décembre. Le Sénat s’est en effet prononcé, peu après le vote de la résolution, pour la mise en œuvre de l’article 155 de la Constitution, qui permet de  mettre sous tutelle la région. Un événement sans précédent en Espagne depuis que la démocratie a été rétablie en 1977.  Le Parquet général doit engager cette semaine  des poursuites pour «rébellion» contre le président «séparatiste» catalan Carles Puigdemont, qui risque la prison.

Les conséquences de cette déclaration d’indépendance unilatérale de la Catalogne, comme de la mise sous tutelle par Madrid, sont jugées incalculables. Face au risque d’insécurité juridique, plusieurs  sociétés ont décidé de  transférer leur siège social hors de la Catalogne. Les banques locales ont également accentué leur chute  vendredi à la Bourse de Madrid. 

L’indice Ibex 35 a reculé de 1,6% après avoir perdu jusqu’à 2% à l’annonce de la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne. Le repli des banques espagnoles pèse sur l’indice Eurostoxx des valeurs bancaires de la zone euro, qui a perdu 1,2%. Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d’Etat espagnols à 10 ans a grimpé jusqu’à 1,619% avant de revenir autour de 1,582%. L’écart de rendement entre l’emprunt espagnol à 10 ans et le Bund allemand de même échéance s’est élargi jusqu’à plus de 121 points de base.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a souligné vendredi que l’UE n’a «pas besoin d’autres fissures». De son côté, le président du Conseil européen Donald Tusk a appelé Madrid à choisir «la force de l’argument plutôt que l’argument de la force».

Communauté internationale

La communauté internationale a choisi le camp de Mariano Rajoy et a fait savoir qu’elle soutenait l’unité de l’Espagne. Rabat a également fait savoir qu’elle est pour l’unité de l’Espagne: «le Maroc comprend la réaction des autorités espagnoles et exprime son entière solidarité avec elles».  Dans un communiqué, le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale a souligné que «le Royaume du Maroc, qui fait face lui-même et ce, depuis plusieurs années, à une menace séparatiste, ne reconnaît pas et ne reconnaîtra pas à l’avenir, la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne».o

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc