International

La BCE confiante dans l’économie européenne

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5137 Le 30/10/2017 | Partager
Elle a décidé donc de réduire son programme de rachat d’actifs
L’institution surveille l’inflation
bce_037.jpg

L’économie en zone euro enchaîne les indicateurs encourageants (2,1% en 2017 et 1,9% en 2018, selon les prévisions du FMI) et a créé sept millions d’emplois ces quatre dernières années. C’est pour cela que la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de réduire en 2018 l’intensité de son imposant programme anti-crise. Entamé en septembre, le débat sur la suppression des mesures de crise revêtait un caractère inédit pour l’institution. Ce qui a préparé les marchés et les investisseurs aux nouvelles décisions.

Ainsi, les achats au titre du programme d’achats d’actifs se poursuivront au rythme mensuel actuel de 60 milliards d’euros jusqu’à fin décembre 2017. A partir de janvier 2018, les achats nets d’actifs devraient continuer à un rythme mensuel de 30 milliards d’euros, jusqu’à fin septembre 2018 ou au-delà, si nécessaire.

«Si les perspectives deviennent moins favorables ou si les conditions financières ne permettent plus de nouvelles avancées vers un ajustement durable de l’évolution de l’inflation, le conseil des gouverneurs se tient prêt à accroître le volume et/ou à allonger la durée du programme», est-il précisé dans un communiqué. Principale raison de cette prudence, le taux d’inflation en zone euro s’établissait à 1,5% en septembre.

Il n’est «toujours pas» conforme à l’objectif de la BCE, soit un niveau inférieur mais proche de 2% à moyen terme. L’évolution des prix devrait même se tasser au creux de l’hiver en raison d’effets de base sur les prix de l’énergie, la BCE ne misant en 2018 que sur une inflation de 1,2%. D’autre part, les crises géopolitiques, le protectionnisme, le Brexit et la faiblesse de nombreuses banques dans le monde pourraient rapidement mettre à mal la reprise économique en Europe et contraindre la BCE à réagir.

L’institution de Francfort continue de prévoir que les taux d’intérêt directeurs resteront à leurs niveaux actuels pendant une période prolongée, et bien au-delà de l’horizon fixé pour les achats nets d’actifs. En outre, l’Eurosystème procédera au réinvestissement des remboursements du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre du programme d’achats d’actifs. Ceci pendant une période prolongée après la fin de ses achats nets d’actifs. Cela contribuera à assurer à la fois des conditions de liquidité favorables et une orientation appropriée de la politique monétaire.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc