SOLUTIONS & CO by sparknews

Zenata, une des premières éco-cités africaines

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5136 Le 27/10/2017 | Partager
ville_nouvelle_zenata_036.jpg

 Le plus gros des financements de la 1re phase (3 milliards de DH) a été consacré à l’acquisition du terrain, l’aménagement du foncier et les travaux d’infrastructure

D’une superficie de 1.830 hectares, l’éco-cité est conçue selon une philosophie ambitieuse: faire des contraintes de son territoire des opportunités. Elle intègre d’une manière durable trois piliers fondamentaux: l’environnemental, le social et l’économique.

année 2018 sera celle des réalisations concrètes pour l’éco-cité de Zenata à Casablanca, capitale économique du Maroc. Le projet commence à sortir de terre après une décennie de gestation. A ce jour, 3 milliards de DH (environ 280 millions d’euros) sont déjà injectés dans les infrastructures (voiries, giratoires, échangeur…). Après libération du foncier, un travail de fond sur ces infrastructures est en cours afin de désenclaver le site.

Un processus qui prendra bientôt fin. Prochaine étape: la livraison du 1er quartier résidentiel aux promoteurs immobiliers fin 2017. «Ce qui est important dans un pôle urbain, ce ne sont pas les constructions, mais le travail sur les infrastructures», déclare Abdellatif Zaghnoun, DG du groupe CDG qui porte ce projet, via sa filiale Société d’aménagement de Zenata (SAZ). Aujourd’hui, Zenata est considérée comme une des premières éco-cités africaines. Elle est aussi l’une des dernières réserves stratégiques d’ampleur pouvant résorber les déséquilibres socio-économiques entre l’est et l’ouest de la région du Grand Casablanca.

Si le processus d’expropriation et de recasement des habitants de la zone a pris des années (depuis 2006, date de la déclaration du site d’utilité publique), les travaux semblent enfin prendre leur rythme de croisière.
La longue phase d’assainissement du territoire a été mise à profit pour peaufiner le concept. Une planification minutieuse s’imposait avant de passer à la phase d’exécution d’une ville dynamique pour éviter le scénario de «cité dortoir». D’autant plus que le taux d’échec des villes nouvelles est de 75% dans le monde.

zenata-ville-nouvelle-036.gif

zMaquette de ce que sera le quartier résidentiel de l’éco-cité Zenata à sa livraison (Crédit: SAZ)

Mais la tâche n’est pas des plus aisées. Il s’agit de construire une ville intelligente en termes de mobilité, d’accès aux soins, d’équité sociale, d’exploitation de l’espace public, de sécurité, de gestion des réseaux et de traitement des déchets.
D’une superficie de 1.830 hectares, l’éco-cité bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle, à mi-chemin entre Rabat et Casablanca, les capitales administrative et économique du Maroc. En plus d’être au croisement des principales infrastructures du pays -routières, ferroviaires, logistiques, aériennes- ce qui lui garantit une interconnectivité territoriale optimale, le site possède une double exposition, à la fois sur la côte et l’intérieur des terres: il s’étire sur 5,3 km le long de la façade atlantique et 3,5 km de la mer à l’autoroute Casablanca-Rabat.

Mixité sociale et spatiale

L’éco-cité Zenata a été conçue sur la base des 3 piliers fondamentaux de développement durable: l’environnemental, le social et l’économique (voir aussi encadré). A travers une mixité sociale et spatiale, le projet a pour ambition de créer une nouvelle centralité urbaine en mesure de répondre aux enjeux liés à l’émergence de la classe moyenne, notamment via le développement de services à forte valeur ajoutée.

Le développement de Zenata comprendra trois activités de services, constituées en pôles de productivité. Le premier est celui de l’éducation. Le pôle santé comprendra, quant à lui, une unité de soins privée avec un bouquet de spécialités à fort potentiel. Le 3e pôle, commercial, se positionne comme une véritable destination de commerce et de loisir familial. La 1re phase de ce projet a été ouverte au public en mars 2016 comprenant le magasin Ikea.

Aménagement urbain novateur

■ Gestion des éléments naturels (air et eau)
Le sens des vents est étudié pour permettre la ventilation naturelle de la ville. Ce qui permettra une réduction de la température de 2 à 3 degrés en été et une régulation de l’humidité en hiver. Les eaux de pluies, collectées et acheminées vers des bassins de rétention, serviront  pour l’irrigation des espaces verts.

■ Altermobilité
Deux types de mobilité sont prévus: collective et douce. Ainsi, une gare multimodale offrira l’accès à différents modes de transport (RER, tram, bus). De même, des parcours cyclables de 12 km sont prévus (pour cyclistes et piétons), avec les principaux équipements de proximité accessibles à 10 mn en vélo.

■ Ville verte et ouverte
Zenata sera la seule ville marocaine qui dépassera le ratio d’espaces verts par habitant préconisé par l’OMS (soit 10 m2/habitant). En effet, avec ses 470 hectares d’espaces verts (le tiers de la superficie globale), ce ratio pourrait dépasser les 15 m2/habitant. Un corridor écologique (ou axe métropolitain) formera une sorte de «colonne vertébrale» de la ville, autour de laquelle se structure la 1re zone de développement (40 hectares). Cet axe sera animé par des équipements culturels, sportifs, de loisirs, un parc (150 hectares) qui débouchera sur le littoral, avec une promenade de 5 km (hôtels, restaurants...).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc