International

Chine: «La pensée Xi Jinping», pour une nouvelle ère

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5134 Le 25/10/2017 | Partager
Rétablir la place du géant asiatique parmi les puissances mondiales
L’homme fort rejoint Mao au panthéon du communisme
chine_leader_034.jpg

Xi Jinping est entré, hier mardi, au panthéon des plus grands dirigeants chinois de l’histoire récente. Son nom a été inscrit dans la charte du Parti communiste chinois (PCC), à l’égal du fondateur du régime Mao Tsé-toung. Le leader de 64 ans, à la tête du parti depuis fin 2012, héritera sans aucun doute ce mercredi d’un nouveau mandat de cinq ans en tant que secrétaire général.

n Mode d’emploi: La «pensée Xi Jinping» entend ouvrir une nouvelle ère. Il s’agit de s’attaquer aux déséquilibres socio-économiques et de rétablir la place du géant asiatique parmi les puissances mondiales. Le dirigeant chinois appelle à résoudre les inégalités sociales et à répondre aux besoins croissants de la population pour une meilleure qualité de vie. Pour cela, il veut rééquilibrer le modèle économique en misant sur l’innovation, améliorer la protection sociale et l’Etat de droit socialiste...

n Un statut proche de celui de Mao: Jusqu’à présent, seuls étaient inscrits dans les statuts du PCC les noms de Mao Tsé-toung (fondateur de la République populaire) et de Deng Xiaoping (l’artisan des réformes économiques lancées à la fin des années 1970). Le principe directeur de la nouvelle pensée se veut la grande renaissance de la nation, soit la réaffirmation de la Chine en puissance prospère et respectée dans le monde. Cela contraste avec l’approche de Deng Xiaoping, au pouvoir dans les années 1980-1990: «se développer dans l’ombre et la discrétion».

n Nouvelles routes de la soie: Gigantesque programme d’infrastructures initié par le président Xi Jinping, elles doivent accroître l’influence chinoise à travers le globe. L’objectif est, d’ici 2050, de transformer le pays en «grand Etat socialiste moderne». La Chine sera alors dotée d’une armée de premier rang mondial. Mais pas de libéralisation politique au programme. «Tout doit être placé sous la direction du PCC», selon Xi: «gouvernement, armée et société civile».

n Une ligne politique à suivre: Avec le nom de Xi Jinping écrit noir sur blanc dans la charte du Parti, tout écart à la ligne politique tracée par le dirigeant suprême paraît désormais impossible. Cela signifie que son autorité a été reconnue par l’ensemble du Parti fort de 89 millions de membres. Le ministre chinois de l’Education a déjà annoncé son intégration aux programmes scolaires.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc