Entreprises

Véhicules d’occasion: Un marché non structuré et dominé par le prix

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5134 Le 25/10/2017 | Partager
Les volumes de l’occasion représentent 3 fois le marché du neuf
Mutation des canaux d’achat
vehicuiles_doccasion.jpg

 Le facteur prix est le plus déterminant sur le marché de l’occasion, loin devant le type de motorisation, le kilométrage, la marque…

Après les technologies de l’information, les Marocains et le voyage, l’Observatoire de Wafasalaf braque son télescope sur le marché des voitures d’occasion cette fois-ci. Plusieurs idées reçues sur le marché de l’occasion sont confirmées à l’issue de cette étude. Le prix, la marque et l’état mécanique du véhicule sont les 3 principaux critères de choix retenus par les ménages envisageant l’acquisition d’un véhicule d’occasion.

Quant aux canaux d’achat, ce sont essentiellement les transactions de particulier à particulier qui dominent (52%). Vient juste après le canal d’Internet à 29%. S’ensuivent les courtiers et garages spécialisés, sollicités respectivement à hauteur de 23 et 20%. La forte proportion du canal particulier à particulier s’explique en partie par la nature de cet achat.

En effet, l’achat de véhicule d’occasion est très marqué par la relation interpersonnelle. Toutefois, «il faudrait voir les choses dans la progression», soutient Abdenbi Louitri, administrateur directeur général chez LMS-CSA, cabinet en charge de l’étude. Et d’ajouter: «Si on avait pris une photo de cette étude il y a quelques années, on aurait trouvé que la part des particuliers serait à un niveau beaucoup plus élevé».

Sur l’angle de la progression des canaux, on dirait plutôt que les Marocains accordent de plus en plus d’importance aux canaux institutionnels et relations de nature professionnelle au détriment des relations de nature amicale. De plus, dans le secteur structuré, le risque de se faire arnaquer est minime. Surtout que le particulier n’a pas la même responsabilité qu’un garage professionnel, en cas de vice caché.

Le canal d’Internet est de plus en plus adopté dans la mesure où il est un support idéal pour une bonne connaissance du marché. «Il permet d’avoir une idée précise sur les fourchettes de prix, selon des critères divers liés à la marque, l’ancienneté du véhicule, le kilométrage...», fait valoir un spécialiste de la vente en ligne.

Parmi les inconvénients d’Internet, les plateformes réunissent différents types de revendeurs (particuliers, courtiers, intermédiaires, garagistes...) et on ne reconnaît pas forcément le statut du revendeur à travers l’annonce alors qu’on souhaite généralement rencontrer directement des particuliers en recourant à Internet. Depuis 2014, les transactions via Internet enregistrent une croissance entre 15 et 20% en termes de trafic.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc