International

La Chine déroule ses orientations

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5130 Le 19/10/2017 | Partager
Le dernier Congrès du parti au pouvoir fixe les priorités
Libéralisation: Le président Xi Jinping plus frileux que son Premier ministre
Deux dossiers économiques majeurs: Endettement et croissance

Le Congrès quinquennal du parti central communiste (PCC), souvent considéré comme le baromètre des orientations économiques de la Chine, a démarré hier. A cette occasion, le président Xi-Jinping a appelé les membres du parti à «défendre l’autorité du parti et le système socialiste chinois, et s’opposer résolument à toute parole et action de nature à les saper».

Le président chinois est en effet parvenu à sécuriser une place dominante dans la scène politique du pays. Objectif qu’il s’est efforcé d’atteindre lors de son premier mandat. Son action la plus récente a été d’enlever toute autorité au Premier ministre Li Keqiang dont l’ambition est de réformer le système de l’entreprise étatique et de libéraliser l’économie. Dès son entrée en fonction en 2013, Li Keqiang avait promis aux chefs d’entreprise un traitement «équitable» aux firmes étrangères, ainsi qu’un rôle accru au marché et des changements structurelles en faveur du privé.

Parmi les dossiers chauds, celui de l’endettement. Le président Jinping pourrait en faire une priorité (3,7% du PIB prévu en 2017, 4,4% en 2018). Corolaire de ces préoccupations, Pékin va aussi devoir s’occuper de la croissance (les prévisions tablent sur 5,8% en 2018), ainsi que de l’emploi et de la productivité.  Dans un rapport de veille sur la situation économique de la Chine, The Economist Intelligence Unit a analysé d’autres sujets décisifs pour les prochains mois. Extraits.

■ Politique monétaire
La Banque du Peuple de Chine (People Bank of China –PBC) pourrait augmenter les taux d’intérêt en 2018. Cette hausse n’est pas causée par des pressions inflationnistes dont le niveau devrait rester modéré. Elle a pour objectif de fournir un signal aux marchés et aux entreprises sur la politique de crédit. La PBC a déjà commencé sa politique de restriction monétaire au cours de cette année. Elle a augmenté les taux d’intérêt sur plusieurs marchés, tout en utilisant les opérations d’open-market pour contrôler les liquidités sur le marché interbancaire.

■ Politique fiscale
Le gouvernement pourrait adopter une politique fiscale détendue en 2018, afin d’amortir l’impact de la restriction monétaire. L’élargissement du déficit budgétaire constaté depuis 2012 va donc se poursuivre pour atteindre les 4,4% du PIB (contre 3,9% en 2017). Un rétrécissement du déficit est néanmoins prévu dans les années suivantes.  
Le gouvernement continuera de soutenir le développement de l’économie, mais il fera plus attention à l’endettement des gouvernements locaux. Les financements hors-bilans seront particulièrement visés. L’exécutif appliquera de manière plus régulière les règles restrictives de ce type de financement. En contrepartie, les administrations régionales auront la possibilité d’émettre leurs propres obligations afin de financer leurs projets de développement. Elles pourront également transférer leurs dettes au gouvernement central.

■ Politique financière
Le gouvernement visera en priorité la réduction du risque du secteur financier. Xi Jinping devra cependant trouver l’équilibre entre le risque financier et le risque d’une restriction excessive. Les produits de gestion de patrimoine ainsi que les activités  de Shadow-Banking inquiètent le plus (évalués à un peu moins de 40% du PIB nominal). Un resserrement excessif dans ce domaine pourrait cependant impacter les entreprises privées qui trouvent souvent du mal à accéder au crédit du système bancaire formel.

                                                                          

Nominations probables

li_keqiang_030.jpg

• Li Keqiang: Premier ministre, 62 ans

Keqiang pourrait garder sa position en tant que Premier ministre. Il pourrait toutefois avoir du mal à trouver un rôle significatif dans l’administration qui est maintenant dominée par Xi Jinping et ses alliés.

------------------------------------------

jiang_chao_liang_030.jpg

• Jiang Chao Liang: Banquier et secrétaire du parti de la province centrale du Hubei, 60 ans

Le favori pour remplacer le gouverneur de la PBC, Zhou Xiaochuan, qui doit prendre sa retraite.

------------------------------------------

liu_he_030.jpg

• Liu He: Conseiller économique en chef, 65 ans

Ancien camarade de classe de Xi Jinping, Liu He est le principal conseiller économique du président. Il partage l’inquiétude du chef du parti quant au risque des niveaux d’endettement sur l’économie. Il pourrait avoir plus d’influence après le Congrès. Les paris sont ouverts pour son futur poste.

------------------------------------------

guo_shuqing_030.jpg

• Guo Shuqing: Président de la China Banking Regulatory Commission, 61 ans.

Réformiste franc, Guo Shuqing pourrait également devenir le chef de la PBC. Il a passé la majeure partie de sa carrière dans le système financier. Depuis sa nomination à la tête de la CBRC en février 2017, il a déclenché une tempête réglementaire visant à réduire l’activité du Shadow-Banking.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc