Entreprises

Banques participatives: Al Akhdar Bank rentre dans la danse

Par Franck FAGNON | Edition N°:5129 Le 18/10/2017 | Partager
Huit agences d’ici fin 2017 pour la filiale de Crédit Agricole du Maroc
L’offre est encore basique comme chez la concurrence
Des enseignes commercialisent déjà le crédit immobilier
al-akhadar-bank-029.gif

La filiale du groupe Crédit Agricole du Maroc s’adressera à la clientèle des particuliers, des professionnels et des entreprises dans huit agences d’ici la fin de l’année. L’offre s’étoffera au rythme du progrès du chantier réglementaire (Ph. Al Akhbar bank)

L’Une après l’autre, les banques participatives dévoilent leur projet. Lundi 16 octobre, c’était au tour de Al Akhdar Bank, la filiale de Crédit Agricole du Maroc et de ICD (filiale de la Banque Islamique de Développement). Elle démarrera avec quatre agences et espère terminer l’année avec un réseau de huit points de vente.

Comme la plupart des autres acteurs, derrière les vitrines, il n’y a pas encore une offre étoffée pour contenter les clients potentiels. Al Akhdar Bank va proposer dans un premier temps l’ouverture de compte et les services de paiement. «Nous avons la possibilité de présenter la Mourabaha. Le bémol est que le takaful n’est pas disponible», indique Fouad Harraze, directeur général de Al Akhdar Bank.

D’autres acteurs n’ont pas attendu le takaful pour octroyer les premiers prêts immobiliers conformes à la Charia en faisant signer au client un engagement à souscrire au takaful dès qu’il sera disponible. L’assurance adossée au crédit est une protection supplémentaire pour la banque, mais elle protège aussi le souscripteur. «En tant que conseiller, nous ne voulons pas proposer au client un produit qui pourrait le mettre en difficulté», fait valoir Harraze.

Le déficit de coordination entre les différentes composantes de l’écosystème et peut-être la sous-estimation du travail réglementaire expliquent en partie le démarrage poussif de l’activité. Lorsque le dispositif sera plus élaboré, c’est un marché qui pourrait donner lieu à davantage de concurrence entre les acteurs. En tout cas, certains établissements sont à l’attaque et c’est tant mieux pour la compétition. Al Akhdar Bank veut se doter des moyens nécessaires pour soutenir ses ambitions sur ce marché.

Le dernier conseil d’administration a acté une augmentation de capital de 100 millions de DH pour le porter à 300 millions de DH. Il sera renforcé de 100 autres millions de DH si le potentiel de l’activité se confirme. Al Akhdar Bank espère porter son réseau à 40 agences à l’horizon 2021. Elle va garder l’ADN de sa maison mère en étant très active dans le financement de l’agriculture et plus globalement du monde rural. L’offre s’adressera aux particuliers, professionnels et entreprises à travers différents canaux.

Pour développer son portefeuille, la banque bénéficiera de l’appui financier mais aussi technique de ICD qui est actionnaire dans une douzaine de banques participatives. Dans le partenariat avec Al Akhdar Bank, «nous allons notamment apporter notre capacité à structurer les financements», indique Farid Masmoudi, directeur de l’investissement direct et du financement à ICD.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc