Entreprises

Stroc Industrie veut retrouver l’équilibre dès 2018

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5129 Le 18/10/2017 | Partager
La société en phase de finalisation de 3 projets pour l’OCP d’ici la fin d’année
Elle prospecte également de nouveaux marchés
Objectif: Améliorer sa trésorerie pour accélérer son activité

Nabil Ziat croit dur comme fer au redressement de son entreprise. Le président de Stroc Industrie qui fait face à une dette (fournisseurs) de 310 millions de DH est à la recherche d’un investisseur pour l’aider à surmonter ses difficultés. Le travail d’évaluation de l’entreprise, lancé il y a quelques mois via un cabinet de conseil indépendant tenu par un marocain installé au Moyen-Orient, vient selon nos informations d’être finalisé (cf. L’Economiste du 4 octobre 2017).

L’expert dépêché par le cabinet est donc reparti convaincu de pouvoir aider Ziat à trouver un investisseur. Il faut dire que d’après les premiers éléments, Stroc recèle un potentiel de développement important tant le secteur dans lequel, elle évolue est porteur présentant de belles perspectives de croissance avec plusieurs programmes d’investissement lancés par des grands donneurs d’ordre publics et privés comme Gas to power (4,6 milliards de dollars), Nador Westmed et le dédoublement de la capacité nationale de stockage actuel d’hydrocarbures ou encore le développement industriel de l’OCP pour ne citer que ceux-là.

Justement, l’OCP est l’un des plus fidèles donneurs d’ordre de Stroc si ce n’est le seul en ce moment. Il vient d’ailleurs de lui livrer 2 gros marchés au cours du premier semestre 2017 (pour un montant total de 600 millions de DH) et il est en cours de finalisation de 3 autres projets pour le second semestre de l’année. Il s’agit pour le premier marché du projet ODI à Jorf Lasfar d’un montant de 325 millions de DH.

Il est relatif aux études et fabrication de 292 réservoirs de stockage pour un total de 16.000 tonnes d’acier destiné au stockage des différents produits (eau, gasoil, acides…) nécessaires à la production d’engrais pour les 4 unités JFC (Jorf Fertiliser Company), filiale de l’OCP. Le second projet est celui des trémies semi mobiles à Khouribga d’un montant de 500 millions de DH.

Le troisième marché, porte sur la liaison entre la mine de M’zinda et la laverie de Youssoufia, par un ensemble de convoyeurs à bandes d’une longueur de 15 km, pour un montant de 300 millions de DH. Et ce n’est pas tout, Stroc qui n’a pas perdu la confiance de ses clients, bien au contraire a obtenu un projet pour réaliser les systèmes de protection incendie du site de Jorf Lasfar pour le compte de l’OCP pour un montant de 224 millions de DH et une livraison prévue fin 2018. La PME est actuellement à l’étude d’autres projets de cimentiers, pétroliers et également avec des contractants généraux internationaux.

Il faudra en attendant qu’il puisse soigner sa trésorerie et ses indicateurs financiers. Il compte pour ce faire sur une réévaluation libre de ses actifs ainsi que sur l’octroi d’un crédit long terme auprès de l’un de ses partenaires la BCP. Selon le président et fondateur, la société «dispose aujourd’hui de tous les ingrédients (ndlr: livraison des projets, redressement des indicateurs financiers, secteur porteur) pour réduire considérablement son besoin en fonds de roulement et ainsi libérer sa capacité à accepter de nouveaux contrats». L’objectif est d’arriver à l’équilibre en 2018.

Historique

Fondée par Nabil Ziat il y a 28 ans, Stroc Industrie a développé une expertise dans 3 domaines d’activité que sont le stockage et le traitement de produits liquides et de produits solides en vrac ainsi que la construction d’installations clés en main dans le BTP. Le spécialiste de la charpente métallique s’est introduit en Bourse en 2011 année au cours de laquelle, il a subi un mouvement social qui a impacté sa trésorerie.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc