Analyse

Assurance emprunteur: Mariage forcé avec sa banque

Par Franck FAGNON | Edition N°:5127 Le 16/10/2017 | Partager
A la souscription d'un crédit, le client est prié d'adhérer à la solution maison
La délégation d'assurance, une faveur et non un droit
En jeu, d'importants revenus de commissions
assurance-emprunteur-027.gif

S'il y a de plus en plus de compétition sur le taux d'intérêt appliqué au crédit, il n'y a pas matière à négocier en ce qui concerne l'assurance adossée au prêt. Quelque part, les banques forcent la main pour souscrire le contrat d'assurance groupe (Ph.Jarfi)

Voulue par les autorités monétaires et soutenue par un peu plus de compétition entre les banques, la décrue des taux d'intérêt est visible  depuis deux à trois ans. Le taux moyen appliqué au crédit à l'habitat est même descendu sous la barre de 5% en 2016. Si le client a plus de chance de bénéficier d'un taux intéressant en faisant jouer la concurrence, il n'a en revanche aucune marge de négociation sur l'assurance adossée à son emprunt.

A ce niveau, il y a encore beaucoup à faire en matière de concurrence. Théoriquement, le client a la possibilité de changer d'assurance dans les douze mois suivant la souscription du crédit. Mais dans la pratique, «il est acculé à adhérer au contrat groupe négocié par la banque», confie un courtier en assurance. L'opposition entraîne généralement un refus du crédit. «Il n'y a pas matière à négocier. Le client n'a pas la main sur l'assurance emprunteur», insiste un spécialiste du crédit immobilier.

De plus, dans la plupart des cas, les emprunteurs ignorent le fonctionnement de l'assurance décès emprunteur et les garanties proposées. «Nous avons tous payé une assurance sans savoir ce qu'elle contient», relève un expert. Peu de gens s'attardent sur cet élément.

Or, l'assurance adossée à un crédit immobilier a un coût non négligeable, entre 3 et 4% du montant du prêt. Pour un emprunt de 2 millions de DH par exemple, comptez entre 60.000 et 80.000 DH pour une prime unique. Etalée sur la durée du prêt, la facture est plus élevée. Les clients les plus avisés n'hésitent pas à comparer les offres pour faire jouer la concurrence. Mais peu arrivent à leur fin. Généralement, les banques négocient des contrats groupe et estiment systématiquement qu'elles proposent déjà de meilleurs tarifs et garanties que ne peuvent contenir des contrats individualisés.

credit_habitat_027.jpg

A la souscription d'un crédit, une assurance y est automatiquement adossée. Elle représente entre 3 et 4% du montant du prêt. Les primes, surtout sur le crédit à l'habitat, sont significatives. Au regard de la sinistralité qui est relativement faible, les marges sont assez juteuses

La concentration du marché et le manque de diversité de l'offre, mais aussi d'acteurs plus agiles, renforcent la position des banques. Ce sont des brèches dans lesquelles l'émergence des fintech pourrait rééquilibrer les rapports de force. Il y a quand même quelques clients qui arrivent à faire passer la délégation d'assurance. Mais ils sont rares. «Il faut être bien connecté pour faire jouer la délégation d'assurances», assure un courtier en immobilier. Sur 100.000 contrats, les demandes de délégation d'assurance ne dépassent guère une centaine, raconte un de nos interlocuteurs.

Les banques n'ont pas la pression pour sortir de leur zone de confort. Les choses pourraient évoluer grâce à la compétition, la maturation du client, la réglementation.... L'argumentaire de la banque est de fournir une prestation sûre et de décharger le client des tâches administratives. Mais au-delà de cette bonne intention, il y a aussi des enjeux économiques.

La vente de l'assurance emprunteur génère d'importantes commissions aux banques et elles n'ont aucun intérêt à ce que les clients la prennent ailleurs. En Europe, Bruxelles a imposé aux établissements financiers de répercuter une partie des produits des placements de la prime d'assurance décès sur le client (souscripteur de crédit immobilier). Sur le plan administratif et comptable, la gestion d'un contrat dont la banque maîtrise les tarifs et les conditions est moins lourde que si elle avait à gérer des contrats de plusieurs compagnies.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc