Régions

Drâa Tafilalet: Tinghir lance la première SDL de la région

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5123 Le 10/10/2017 | Partager
Tinghir Services pour améliorer le service public et renforcer les finances de la commune
3 marchés prioritaires: les abattoirs, le stationnement et les marchés hebdomadaires
tinghir_023.jpg

Tinghir est une ville du centre-est du Maroc, dans la région de Drâa Tafilalet, située dans la vallée du Todgha, s’étendant entre le Haut Atlas et Jbel Saghro. C’est une oasis qui s’étend sur environ 30 km de longueur et où le climat est aride, chaud en été et froid en hiver. Elle est le chef-lieu de la province de Tinghir. La municipalité de Tinghir compte une population de 42.044 habitants et 7.904 ménages selon le recensement de 2014. L’activité économique de la ville repose essentiellement sur le commerce, le tourisme et l’agriculture. Cette partie de la province compte une grande communauté de Marocains résidents à l’étranger, mais dont les investissements se cantonnent essentiellement dans l’acquisition immobilière et l’équipement

Le modèle des Sociétés de développement local (SDL) est en train de révolutionner le mode de gestion communal dans la petite commune urbaine de Tinghir. Cette initiative pilote dans la région du Drâa Tafilalet et même au niveau national, qui va porter la gestion communale à un autre niveau. A ce jour, seules les grandes villes comme Casablanca, Marrakech ou encore Rabat ont eu recours à ce nouveau modèle de gestion des services publics. Mais pour la première fois, une petite commune loin des grands périmètres urbains, se lance dans l’expérience pour améliorer ses services publics et renforcer ses finances.

«Nous ne faisons que concrétiser une prérogative accordée dans le cadre de la loi organique 113-14 relative aux communes, avec l’ambition d’améliorer les ressources financières de la ville et créer de l’investissement», assure Mustapha Ouardi, vice-président de la commune de Tinghir. En effet, l’article 130 de la loi 113-14 stipule que les communes, les établissements de coopération intercommunale et les groupements des collectivités territoriales peuvent créer, sous forme de sociétés anonymes, des sociétés dénommées «Sociétés de développement Local», ou participer à leur capital, en association avec une ou plusieurs personnes morales de droit public ou privé.

Ces sociétés sont créées pour exercer des activités à caractère économique entrant dans le champ des compétences de la commune, ou pour la gestion d’un service public relevant d’elle. Ainsi, quatre SDL sont programmées dans la vision de développement de la province de Tinghir, dont la première vient d’être créée. «Tinghir Services», société anonyme au capital de 5 millions de DH, vient ainsi d’être créée et s’apprête à rentrer en activité incessamment. Comme le stipule la loi, la commune détient 51% du capital, en association avec 6 autres sociétés SARL qui détiennent les 49% restants. Un commissaire aux comptes a été nommé pour accompagner le projet et faire le suivi financier de l’activité.

Trois secteurs économiques sont concernés dans un premier temps: les abattoirs communaux, le parking au niveau de Tinghir et les marchés hebdomadaires et couverts. La gestion d’autres services publics viendra au fur et à mesure de l’évolution de la SDL. Le principal problème identifié dans ces trois secteurs est la non-rentabilité pour la commune.

En effet, un énorme gap est constaté entre les impôts et taxes perçus et les bénéfices réels devant être dégagés. Le secteur des parkings montre par exemple que le mode de gestion déléguée dégage un revenu annuel pour la commune équivalent à 200.000 DH, alors que l’activité génère en réalité 1.000.000 de DH pour le délégataire. La gestion directe du marché communal montre également la même déficience en matière de rentabilité. La recette estimée de la redevance sur l’occupation des lieux est de 1 million de DH, alors qu’actuellement elle est chiffrée à seulement la moitié. Pour le cas des abattoirs de Tinghir, c’est surtout une question d’équipements en écuries et frigo, qui nécessitent un investissement non négligeable.

«Constater ce gap a été un élément de motivation pour considérer sérieusement le modèle de SDL. D’un coté, ces revenus issus des redevances communales ne suffisent pas pour financer les projets communaux de cette ville en pleine phase de développement. D’un autre, le surendettement de la commune ne lui permet plus de solliciter le Fond économique communal (FEC) pour financer ses projets», ajoute Ouardi. Avec le démarrage de la SDL Tinghir Services, il sera possible de lever des crédits classiques auprès du système bancaire comme n’importe quelle société. Néanmoins, le projet de la SDL «Tinghir Services» a nécessité presque deux années pour passer du stade idée à la phase de concrétisation.

La procédure administrative longue (signatures, accords, des ajustements et des révisions) et le manque d’expérience dans ce nouveau modèle économique en étaient les principales causes. Mais grâce aux compétences locales au niveau du conseil communal de Tinghir, et à l’enthousiasme au niveau de l’administration centrale pour ce projet pilote, les choses avancent sereinement.

La petite commune de Tinghir sort ainsi du lot et fait valoir sa vision ambitieuse à la fois au niveau régional et national. Certes il s’agit d’une SDL de petite taille, comparée aux grands centres urbains, mais pour une petite ville en pleine phase de croissance, l’initiative prend un tout autre intérêt et inspire déjà d’autres villes voisines.

Des projets ambitieux à développer

LE mode de gestion de ces SDL a les mêmes objectifs que celui de n’importe quelle entreprise: rentabilité, efficacité et concrétisation de projets. Et c’est dans cette perspective que d’autres SDL sont dans le pipe des projets de la commune de Tinghir. Une SDL «Grand Tinghir Transport» pour mettre en place un circuit de bus pour le transport intercommunal entre les 25 communes relevant de la province de Tinghir.  «Tinghir Events et Animation» a pour objectif la gestion des activités économiques, culturelles, sportives et touristiques, ainsi que l’organisation d’évènements et d’animation dans la ville. Et enfin «Tinghir développement, aménagement et appui à l’investissement», qui aura des actions transversales dans plusieurs secteurs (santé, tourisme, agro-industrie, BTP, etc.) pour le développement économique de la ville.

De notre correspondante, Sabrina BELHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc