Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5120 Le 05/10/2017 | Partager

■ Des détenus pour servir le cappuccino des juges

capuccino_juges_020.jpg

Le bar du palais de justice de Turin, resté longtemps fermé, va rouvrir dans les prochains mois sur un modèle novateur: ce seront des détenus ou ex-détenus en réinsertion qui serviront les cafés, a annoncé mercredi la commune. Dans l'immense structure qui accueille toutes les instances judiciaires de la capitale piémontaise, du parquet à la Cour d'appel, le bar-snack prévu pour les 900 employés et les centaines de magistrats, avocats et membres du public qui passent chaque jour, a fermé il y a des mois en raison de soucis de gestion. Mais la commune de Turin, propriétaire du local, a signé mercredi un protocole pour proposer une concession de six ans à un organisme engagé dans la réinsertion des détenus. Le temps de lancer l'appel d'offres, le bar devrait rouvrir dans quelques mois, a assuré à l'AFP Michele Chicco, porte-parole de la commune. «Cela s'intègre dans le cadre des efforts d'humanisation de la détention, quand avoir un travail dans la journée, être en contact avec la clientèle, aide à la réinsertion à la fin de la peine», a-t-il expliqué, sans se prononcer sur l'éventualité qu'un détenu soit amené à servir un sandwich au juge qui l'a condamné. L'effort ira aussi dans l'autre sens, dans la mesure où 60 m2 du vaste local seront réservés à des projets culturels et des expositions sur les droits des détenus et l'humanisation des peines.

■ Un casse ultrasophistiqué évité de justesse
En creusant un tunnel de 600 mètres, un groupe de malfrats brésiliens pensait accéder au coffre-fort d'une banque, mais leur tentative de réaliser le casse du siècle a débouché sur la case prison. Après trois mois d'enquête, la police locale a établi que ce passage sous-terrain, gros-oeuvre d'une grande sophistication, soutenu par des piliers métalliques, était sur le point d'aboutir au coffre-fort d'un centre de distribution de la Banque du Brésil à Sao Paulo, la capitale économique du pays. Seize suspects ont été interpellés lundi soir. D'après les autorités, ils espéraient dérober 1 milliard de réais (environ 270 millions d'euros). «Cela aurait été le casse du siècle», a affirmé le commissaire Fábio Pinheiro Lopes à la chaîne de télévision Globo. D'après les autorités, les travaux de construction du tunnel ont débuté il y a quatre mois, à partir d'une maison située à proximité de la banque. Tapissé de planches de bois au niveau du plafond, il était aussi doté d'un système d'éclairage électrique. «La bande a investi quatre millions de réais (environ 1,1 million d'euros), 200.000 par participant», a estimé le commissaire.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc