Entreprises

Hôtellerie/Hilton: Cap sur les zones côtières

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5116 Le 29/09/2017 | Partager
Pour l’enseigne, Marrakech souffre d’une suroffre
Un 3e Hilton à Tanger le printemps prochain
rudi_jagersbacher_016.jpg

La rentabilité des partenaires du groupe est primordiale pour le groupe Hilton, selon Rudi Jagersbacher, président pour la région Moyen-Orient (Ph. Adam)

- L’Economiste: 3 hôtels à Tanger, et 3 autres dans des villes côtières. Qu’est-ce qui explique cet engouement?
- Rudi Jagersbacher:
Il s’agit d’une question de rentabilité. Dans une ville comme Marrakech par exemple, où il y a une suroffre d’hôtels, il serait difficile pour nos partenaires (propriétaires des murs) d’être rentables et de rentrer dans leurs frais. Or, il est important pour nous que nos partenaires puissent avoir un bon retour sur investissement. Nous visons des villes avec un fort potentiel comme Tanger où il sera possible d’avoir un bon taux de remplissage sur toute la semaine et l’année et où on puisse accueillir des activités complémentaires: des rencontres, des conférences, etc. Une bonne formule pour être rentable.

- Quelles conclusions après la première année d’exploitation du Garden Inn?
- Sur les 12 premiers mois du Garden Inn, nous avons relevé une croissance rapide de l’occupation, avec la clientèle Affaires en particulier mais aussi lors de la période d’été avec les MRE et les membres de la suite du roi d’Arabie saoudite (qui passe ses vacances d’été à Tanger depuis son accession au trône) ce qui a eu pour effet de booster les nuitées et les occupations. Nous sommes, en général, très contents avec la performance de ce premier hôtel. Maintenant nous devons continuer sur la même lancée avec le nouvel établissement et nous assurer de la différenciation entre les deux établissements et surtout d’éviter la cannibalisation entre les deux segments.

- Quand prévoyez-vous l’ouverture de votre 3e établissement, le Hilton Al Houara Resort?
- Pour Al Houara, nous espérons une ouverture en avril avec deux ou trois mois de préparation pour bien démarrer la saison d’été 2018, qu’il serait dommage de rater. Les travaux sont bien avancés et atteignent les 95%. Ce sera un complément de choix pour notre offre sur la mer afin de satisfaire les besoins de notre clientèle.
 Propos recueillis par  Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc