Régions

Climat des affaires: Le Crea de Marrakech-Safi peine à démarrer

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5112 Le 25/09/2017 | Partager
L’instance créée en 2014 souffre d’un manque d’implication des institutionnels
La section locale de la CGEM, un de ses initiateurs, s’en inquiète

S’il devait être une seule priorité pour la rentrée économique à Marrakech 2017, aux yeux du patronat Marrakech-Safi, c’est bien le climat des affaires. Les membres de la section locale de la CGEM focaliseront toute leur énergie sur ce sujet pour faire de Marrakech un cas d’école. Car, Marrakech a été une des premières villes à créer son Comité régional de l’environnement des affaires (Crea) en 2014.

Malheureusement, cette instance est restée inactive en raison de nombreux freins dont le manque d’implication du côté de l’administration, indique Adil Bouhaja, président du patronat local. «Le développement de l’entreprise régionale, et par conséquent l’amélioration de la valeur ajoutée et de l’emploi, est pourtant conditionné par l’amélioration du climat général des affaires et c’est un des rôles principaux du Crea dont nous sommes les initiateurs», souligne Bouhaja.

Cette instance est aussi appelée à améliorer l’arbitrage et la médiation comme modes alternatifs de résolution des conflits commerciaux. Et pour ne pas en faire une commission de plus, mais un comité exécutif qui cherche des solutions, l’ancien wali de la région, Abdessalam Bikrat, avait choisi d’institutionnaliser ce partenariat public-privé, créant ainsi le premier comité du genre au niveau régional.

Le patronat local et le CRI devaient se charger de remonter les plaintes, mais aussi les actions et les propositions nécessaires pour l’amélioration de l’écosystème régional. Trois ans plus tard, ce comité n’a toujours pas vu le jour. A Marrakech comme dans d’autres villes, les principales préoccupations des entreprises et des futurs investisseurs portent sur le manque de visibilité, la simplification des autorisations régionales pour l’accès à l’administration, le déficit du foncier, etc. «Il ne faut pas s’y tromper.

La faiblesse et le dysfonctionnement de l’administration et la qualité de service nuisent finalement à l’entreprise et le Crea est la meilleure plateforme pour essayer de résoudre toutes ces entraves», estime de son côté Mohamadi El Yacoubi, membre du bureau de la section locale du patronat et président de l’Organisation professionnelle des comptables agréés. Cette absence de visibilité est une des raisons qui ont d’ailleurs retardé des projets structurants comme l’agropole ou encore le Marrakechshore. Ces chantiers seront peut-être les premiers dossiers à suivre et à résoudre par le Crea.

«Nous avons aussi l’espoir que cette initiative pour l’amélioration du climat des affaires sera suivie par d’autres et que nous arriverons à identifier une véritable stratégie régionale de développement économique qui pourrait orienter les entrepreneurs dans leur choix d’investissement», souligne Bouhaja.

Force de frappe

Le patronat régional va aussi axer son programme sur le renforcement de ses relations avec les institutionnels à travers l’organisation d’une série de réunions avec l’ensemble des responsables publics déconcentrés. Objectif: proposer des recommandations concrètes et applicables pour améliorer le climat des affaires et de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, la section locale du patronat compte 1.045 membres individuels et associations professionnelles et est de fait l’instance représentative de tous les secteurs économiques. Grâce à ses 14 commissions thématiques, l’Union locale est une force de proposition pour installer des stratégies sectorielles régionales. D’ailleurs, pour regrouper l’ensemble des associations professionnelles et commissions permanentes, le patronat local est en train de finaliser un projet de siège à l’image de celui de Casablanca. L’idée est d’en faire un lieu local intégré et en même temps un centre d’affaires au service des entrepreneurs.

De notre correspondante,
Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc