Entreprises

Gaz et charbon: L’intérêt russe de plus en plus marqué

Par Nadia DREF | Edition N°:5112 Le 25/09/2017 | Partager
Des mastodontes dont Gazprom veulent approvisionner le Maroc
Discussions sur la réalisation d’un stockage stratégique régional
Des conventions prévues en octobre
gaz_russe_012.jpg

Le Maroc développe un mix de capacités de production d’électricité optimisé et diversifié. En atteste la montée en puissance des énergies renouvelables, en particulier l’éolien, le solaire et l’hydroélectrique

GNL, GPL, électricité, charbon, exploration… Les appétits des entreprises russes se confirment pour le marché énergétique. Une réunion de travail récemment tenue à Rabat entre Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, et son homologue russe, Alexander Novak, venu à la tête d’une importante délégation, a permis d’élargir la coopération bilatérale en matière d’énergie. Des conventions devront être signées en octobre lors d’une visite prévue du Premier ministre russe au Maroc.

Déjà, les prémices sont probantes. Des mastodontes comme Gazprom sont en négociation avec le ministère de l’Energie pour approvisionner le marché en gaz. Le but est de diversifier les pays d’importation, sachant que le Royaume s’approvisionne essentiellement chez les Algériens (à travers Sonatrach) dans le cadre du Gazoduc Europe-Maghreb (GME).

Des discussions sont également en cours pour la mise en place d’un stockage stratégique régional sous-terrain de gaz pour alimenter les marchés marocain et africains. Ce partenariat avec le premier fournisseur de l’Europe en gaz naturel confortera le Royaume dans sa vision de devenir un hub régional incontournable.

Aziz Rabbah a appelé les sociétés russes à participer au projet «Gas to Power». La délégation a eu droit à une présentation de tous les aspects liés à ce plan, par Ali Fassi Fihri, directeur général de l’Office de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). Pour ce dernier, ce partenariat pourrait être consolidé dans le cadre de la rénovation des centrales, l’extension et le renforcement des réseaux électriques, la construction de nouvelles centrales, l’accroissement de livraisons de charbon russe et le développement de smart grids.

Des discussions sont, d’ailleurs, en cours pour augmenter les exportations du charbon à partir de la Russie. Lors de cette visite de travail, le ministère a mis à la disposition des opérateurs russes concernés les informations relatives à la demande marocaine en charbon, notamment la quantité, la qualité ainsi que les conditions de livraison.      
L’exploration pétrolière n’est pas en reste. Amina Benkhadra, directrice générale de l’Onhym, a rappelé la qualité des relations avec la Russie qui pourraient être consolidées dans le cadre de la prospection des hydrocarbures, de la géothermie ainsi que le développement des schistes bitumineux.

La coopération dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique a également été à l’ordre du jour. Les deux parties étudient la possibilité de développer des projets pilotes d’intérêt commun de production d’électricité de sources renouvelables ainsi que des plateformes de R&D dans les domaines des énergies renouvelables et nouvelles ou encore des réseaux intelligents. Des contacts sont en cours entre les sociétés russes concernées avec Masen et l’Iresen.

L’utilisation pacifique de l’énergie atomique a également été abordée. La corporation d’Etat «Rosatom» a réitéré son intérêt pour le développement de la coopération avec le ministère de l’Energie dans ce domaine. Le département de Rabbah a, d’ailleurs, soumis les observations concernant le projet de mémorandum d’entente aux Russes.

Dans le cadre de l’échange d’expertise, les deux parties ont convenu de l’organisation d’un atelier thématique au Maroc portant sur l’interconnexion et le transport d’électricité sur de longues distances, avant fin 2017. Dans le pipe aussi, le développement de la coopération technique tripartite à travers un centre d’excellence pour la formation de cadres et techniciens marocains et africains. Les deux parties se sont fixé de nouveaux rendez-vous pour la 2e réunion du comité de pilotage prévue avant fin 2017.

Coopération: Bilan à mi-parcours

  • La coopération, en matière d’électricité, a concerné la contribution à la réalisation de centrales électriques (Jerada, My Youssef, Mansour Eddahbi, Al Wahda et Dchar El Oued).
  • L’OCP importe du soufre et de l’ammoniac à partir de la Russie, à travers des sociétés russes comme Astrakhan Gazprom, filiale de Gazprom, Fedcominvest et Solvadis.
  • D’importants programmes en matière de géologie (recherche géologique et réalisation de cartes géologiques et métallogéniques) ont été développés avec des organismes russes et surtout avec «Fgup Vo Zarubezhgeologia».
  • Mise en œuvre du mémorandum d’entente dans le domaine de l’énergie. La 1re réunion du groupe de travail bilatéral, co-présidé par le secrétaire général du ministère de tutelle et le vice-ministre russe de l’Energie, s’est tenue à Moscou en juillet 2016.
  • Une feuille de route a été établie.

Cadre de coopération

Les relations de coopération bilatérale entre les deux pays sont régies par la Commission intergouvernementale maroco-russe, instituée par l’Accord de coopération économique, scientifique et technique signé entre les deux gouvernements le 15 avril 1994 à Marrakech. S’y ajoute la Déclaration sur le partenariat stratégique signée, le 15 octobre 2002 à Moscou, à l’occasion de la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI. D’ailleurs, la 6e session de la Commission mixte s’est tenue à Moscou en juillet 2017.
La visite du ministre russe s’inscrit dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du mémorandum d’entente sur la coopération dans le domaine de l’énergie signé lors de la visite du Souverain en Russie en mars 2016. Ce partenariat définit le cadre de coopération bilatérale dans le domaine de l’énergie, notamment les GNL et les GPL, l’électricité, les énergies renouvelables et l’exploration des hydrocarbures.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc