Entreprises

Manutention portuaire: Les prestataires augmentent leurs tarifs à Agadir

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5112 Le 25/09/2017 | Partager
Les quatre sociétés au port conviennent d’un prix unifié
Leur association parle d’un «simple retour à la structure d’avant 2012»

Voici une décision qui ne manquera pas de faire jaser. Les quatre sociétés de manutention et de déchargement de bateaux opérant sur le port d’Agadir se sont mises d’accord pour appliquer un même tarif à leurs clients comme l’atteste le procès-verbal de l’assemblée générale tenue en juillet dernier. Selon les manutentionnaires, la grille tarifaire en question est en fait «un retour à la normale».

Ce qui veut dire qu’ils reviennent sur la baisse de 10% consentie il y a quelques années. Les prix des prestations ne sont pas réglementés, mais ils sont plafonnés par l’Agence nationale des ports (ANP). Le régulateur confirme que «les opérateurs ont la possibilité d’appliquer des ristournes. Etant donné que les tarifs sont régulés par l’ANP, on ne peut pas parler d’entente entre les opérateurs sur les tarifs». 

«Ce n’est pas une entente sur les prix d’autant que c’est une grille dont nous avons convenu avec les armateurs», précise Hicham Gmira, directeur général de Handling Services et vice-président de l’Association des manutentionnaires et consignataires de la pêche hauturière.  L’association justifie la hausse des prix par «la situation des sociétés qui va gravement se dégrader compte tenu des sommes qu’elles auront à payer sur une année et qui représentent 60% de leur chiffre d’affaires». Le cahier des charges signé avec l’Agence nationale des ports prévoit une augmentation des taxes, notamment la taxe de participation, la taxe d’occupation du domaine public.

«Cela fait 25 ans que nos tarifs n’ont pas augmenté. Or, notre activité est limitée à trois ou quatre mois par an. Le reste de l’année, nous sommes obligés de verser des salaires», affirme Ali Oukacha, président de l’Association des manutentionnaires.
Une autre réunion devrait avoir lieu avant la fin de cette année pour revoir «la structure des prix en fonction des nouvelles données et contraintes financières imposées aux sociétés de manutention».

En attendant, ils ont consigné le tarif de déchargement et de location applicable par les quatre compagnies. Sauf que c’est un tarif unifié et qu’il ne laisse place à aucune marge de manœuvre. Là encore, le président se veut catégorique: «Les opérateurs sont libres d’accorder des réductions pouvant aller jusqu’à 15%».

«Les manutentionnaires avaient accordé aux armateurs cette ristourne suite à l’augmentation du volume des captures. Mais la baisse des prises s’est traduite par une réduction du chiffre d’affaires chez les sociétés de manutention. C’est la raison pour laquelle elles sont revenues à la grille d’avant 2012», explique Hicham Gmira.

En cas d’entente sur les prix

L’article 6 de la loi sur la liberté des prix et de la concurrence interdit les actions concertées, conventions, ententes ou coalitions expresses ou tacites, sous quelque forme que ce soit, visant à empêcher, restreindre ou fausser le jeu de la concurrence avec pour objectif notamment de faire obstacle à la formation des prix par le libre jeu du marché. L’entente sur les prix tombe également sous le coup de l’article 7 de la loi qui interdit l’exploitation abusive par une entreprise ou un groupe d’entreprises d’une position dominante sur le marché intérieur, d’une situation de dépendance économique… Les infractions au titre des articles 6 et 7 sont sanctionnées d’un emprisonnement de deux mois à un an et d’une amende de 10.000 à 500.000 DH.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc