Economie

Women In Africa mobilise pour l’approche genre

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5105 Le 13/09/2017 | Partager
Un Forum économique en faveur de l’inclusion des talents féminins
Plus de 350 dirigeants africains et internationaux originaires de plus de 40 pays attendus à Marrakech

Women In Africa (WIA) veut promouvoir les talents féminins au cœur de la construction d’une Afrique inclusive. L’initiative mondiale s’engage à inciter les entreprises internationales et panafricaines à identifier, rassembler et accompagner les talents féminins. Pour mobiliser le monde des affaires, WIA tiendra son premier sommet à Marrakech, du 25 au 27 septembre.

Le sommet rassemblera plus de 350 dirigeants africains et internationaux pour aborder le thème: «Investir pour une meilleure gouvernance avec les femmes africaines». Les organisateurs tablent sur la participation de plus de 40 pays. Les plus fortes délégations viendront de France, Maroc, Nigeria, Afrique du Sud.

L’événement comprend des conférences, masterclasses, ateliers et laboratoires de réflexion, qui exploreront le leadership à travers les secteurs de l’agriculture, l’énergie, l’entrepreneuriat, la finance, la nutrition et l’eau. «Il a été prouvé que les femmes sont des accélératrices de changement sur ces 6 sujets, qui sont des grands enjeux pour le continent», soutient Aude de Thuin, dirigeante du Forum, fondatrice du Women’s forum, et spécialiste des questions de femmes sur les sujets d’économie et de société.

En marge du sommet, le trophée «African man of the year Award» sera attribué au manager qui s’est le plus distingué en matière de parité et inclusion des femmes dans le management et la gouvernance. Selon une enquête d’Inforisk publiée en mars dernier et portant sur 3.150 entreprises, il est démontré que les entités dirigées par des femmes ont amélioré leur chiffre d’affaires de 4,3% en moyenne par an entre 2011 et 2015 contre 2,9% pour leurs homologues masculins sur la même période. Pareil pour la masse salariale dans les entreprises gérées par des femmes, qui a augmenté de 8,2% en moyenne entre 2011 et 2015 contre 7% dans les sociétés présidées par des hommes.

Les femmes produisent jusqu’à 65% des biens économiques en Afrique, mais elles ne représentent que 8,5% des emplois non-agricoles, révèle une étude de la BAD. WIA se mobilise à changer la donne et surtout ne pas se contenter de faire un forum de plus. «Nous voulons créer la différence». Pour y arriver, l’initiative repose sur 3 piliers: un club, la philanthropie et un institut. WIA institute est un fournisseur et catalyseur de data.

Il dispose de chercheurs, collabore avec la grande école de commerce ESSEC, le cabinet Roland Berger, la Banque africaine de développement (BAD)… En effet, ses membres ont pris conscience que la méconnaissance du rôle des femmes dans l’économie était entretenue par le manque, voire l’inexistence de data sur le poids économique des femmes.

L’une des recettes de WIA pour produire des données est de rajouter des «focus femme» à des études publiées par des partenaires comme la BAD... «On ne peut plus se contenter d’arguments mais en faire la preuve avec des chiffres, des statistiques et analyses qui en découlent», explique la dirigeante de WIA.

L’institut publie aussi des études sur la montée en puissance des femmes dans l’économie africaine. Autre pilier de sa stratégie: WIA Philanthropy, qui est un fonds de dotation au travers duquel les entreprises peuvent faire du mécénat pour aider l’entrepreneuriat en Afrique.

Le board WIA au Maroc

LE forum Women In Africa a un conseil à l’échelle mondiale composé de 12 personnes. Cette instance est représentée au Maroc par Ismaël Douiri, directeur général d’Attijariwafa Bank. L’organisation dispose de 22 ambassadrices à l’échelle africaine. Fathia Bennis, PDG de Maroclear, en est l’ambassadrice pour le Maroc.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc