Entreprises

Des opérateurs marocains prospectent au Brésil

Par Amin RBOUB | Edition N°:5105 Le 13/09/2017 | Partager
Une mission exploratoire à Sao Paolo, menée par Maroc Export
Textile-habillement, cosmétique, pharmacie... Les secteurs représentés

Le secteur marocain du textile-habillement dispose d'un potentiel de plus en plus important à l'export. Le marché brésilien est demandeur du made in Maroc, en particulier pour le fast-fashion, que ce soit pour la sous-traitance ou la co-traitance. Pareil pour le denim et le textile de maison qui ont une notoriété sur le marché brésilien.

C'est dans ce contexte favorable qu'une mission de prospection est organisée en ce moment (du 12 au 13 septembre) à Sao Paolo. Une mission exploratoire pilotée par Maroc Export et qui rentre dans le cadre d'un programme de manifestations commerciales et économiques à l'étranger pour l'année 2017.  Cette seconde mission de prospection (après celle de 2015)  est orientée Sector to Business (StoB).

Autrement dit, l'objectif est de promouvoir les secteurs d'activité susceptibles d'avoir des débouchés à l'export sur ce marché de plus de 207 millions de consommateurs. Maroc Export a fait une sélection des secteurs qui ont enregistré un intérêt important de la part des sociétés, distributeurs et institutionnels brésiliens lors de la première mission de prospection, tenue il y a deux ans. L'industrie pharmaceutique et la cosmétique made in Maroc suscitent également de l'engouement.

En effet, le secteur pharmaceutique représente depuis quelques années un intérêt grandissant auprès de firmes brésiliennes. C'est le cas notamment des produits génériques innovants. La chimie-parachimie marocaine bénéficie également d'un potentiel non indéniable sur le marché brésilien. C'est le cas notamment de la filière cosmétique qui monte en gamme d'année en année. Surtout que l'offre brésilienne ne couvre pas la totalité de la demande locale.

Par le passé, le marché brésilien ne figurait pas dans les priorités des exportateurs marocains. Mais depuis la tournée royale, tenue en 2004 en Amérique latine, une nouvelle impulsion a été enclenchée dans les échanges entre les deux pays. Elle profite à de nombreux secteurs dans les deux sens (tourisme, agroalimentaire, phosphates, textile, automobile...). Quoi qu'il en soit, le potentiel reste en deçà des ambitions.

Les flux restent insuffisants par rapport à l'important potentiel et les capacités de l'économie brésiliennes. Le Maroc peut mieux faire pour maximiser son offre exportable ainsi que les débouchés de produits hautement industriels tels que les pièces de rechange dans l'automobile, les composants aéronautiques, l'agroalimentaire bio, ou encore les agrumes...  Pour l'heure, les flux restent concentrés sur très peu de secteurs.

En 2015, les échanges commerciaux du Maroc avec le Brésil ont atteint près de 12,5 milliards de DH. A eux seuls, les phosphates et dérivés constituent l'essentiel des exportations marocaines vers le Brésil (72%). En revanche, le sucre représente 53% des importations en provenance du marché brésilien. Le total des exportations marocaines a connu une nette progression. Il est passé de 1% en 2000 à 4,6% en 2014. Mais la part sur le gigantesque marché des BRIC'S est passée du simple au double. Elle est montée à 26% contre 13% en 4 ans.

Le constat aujourd'hui est que le touriste brésilien manifeste un intérêt grandissant pour le voyage, notamment à Marrakech. La destination Maroc devra capter cette nouvelle demande, surtout que les flux en provenance du Brésil ne dépassent pas 35.000 touristes par an.

Perception du Maroc

Ces dernières années, la perception des opérateurs et institutionnels brésiliens a complètement changé en faveur du Maroc. Le Maroc est perçu comme un hub économique multisectoriel régional capable d'ériger des passerelles vers les marchés européen et africain. Le Brésil est le 5e pays client du Maroc. Il est également le 10e fournisseur de biens du Royaume.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc