Régions

Fès: Où sont passés les projets culturels?

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5101 Le 07/09/2017 | Partager
Institut des beaux-arts, musée des arts vivants, palais des congrès…
Le président de la région rassure et mobilise les départements ministériels
fes-culture-001.gif

Alors que la population attendait l’inauguration du futur Institut des beaux-arts, érigé sur la route de Meknès, la ville semble avoir abandonné ce projet pour construire ailleurs un autre édifice qui coûtera 60 millions de DH (Ph. YSA)

Il va falloir trouver 366 millions de DH pour concrétiser les projets culturels de la région Fès-Meknès. La région s'était engagée à apporter  20%  de ce montant. Mobiliser ces ressources financières nécessite un pacte conventionnel entre des partenaires solvables. Mohand Laenser ne désespère pas de décrocher un engagement gouvernemental.

Dès son élection à la tête de la région, Laenser avait promis de redéfinir la vocation de sa circonscription. Il a programmé des projets structurants dans différents domaines dont la culture avec l'espoir que ces infrastructures serviraient de tremplin pour attirer les investisseurs dans la région.

Le Conseil régional a d’abord conclu une convention de partenariat avec les cinq grandes universités, à savoir Sidi Mohammed Ben Abdellah à Fès, Moulay Ismaïl à Meknès, l'Université Euro-méditerranéenne, Al Akhawayn à Ifrane, et bien sûr Al Quaraouiyine. En outre, la région s’est associée à d’autres collectivités locales (commune de Fès et assemblée préfectorale), ainsi que des départements ministériels afin de concrétiser les projets culturels, à Fès.

Mais voilà, plus d’un an après avoir voté ce programme de projets culturels, aucun n’est sorti de terre. Ceci, alors qu’ils devraient être réalisés entre 2016 et 2019. Contacté par L’Economiste, le président du Conseil régional tempère: «Nous sommes en train de suivre les conventions avec nos partenaires pour pouvoir budgétiser ces projets en 2018. Nous voulons également redimensionner certains projets selon les ambitions du programme du développement régional en cours de finalisation».

Le conseil régional est partenaire dans la réalisation d’un palais des congrès, un institut des beaux-arts et un musée. Ce dernier sera dédié à la préservation de la mémoire collective et à la consolidation des institutions culturelles et artistiques locales. D’un investissement de 80 millions de DH, ce musée sera financé en partenariat avec le ministère de l’Intérieur (27 millions de DH), le ministère de l’Habitat et la Politique de la ville (22 millions), la commune urbaine de Fès (9 millions de DH), l’assemblée préfectorale de Fès (2 millions de DH) et le conseil régional (20 millions).

Grâce à ce montage financier, la future structure muséale ambitionne de consolider le paysage culturel de la région à travers la mise en place d’établissements mettant en valeur le riche patrimoine historique. S’agissant de l’emplacement du futur musée, la wilaya étudiait la possibilité de lui affecter un terrain domanial, ou bien sur l’ancien marché de la criée d’Aïn Kadouss. Pourtant, la ville dispose d’une assiette foncière de 13 hectares, sise sur la route de Meknès.

Ici, le projet d’un institut des beaux-arts est abandonné à mi-chemin. L’entreprise chargée du chantier a «étrangement» claqué la porte. Aujourd’hui, le bâtiment de 9 étages, sous forme d’une grande porte monumentale, relève du passé. Alors que la population attendait son inauguration, la ville aurait renoncé à sa réalisation, pour construire ailleurs un autre édifice qui coûtera 60 millions de DH. Le premier a déjà nécessité 30 millions de DH.

Aux dernières nouvelles, la mairie voudrait le transformer en technopark. Un haut responsable communal soulignait que «l’actuel bureau ne dispose pas des plans architecturaux du présumé institut des beaux-arts». Rappelons enfin que ce projet a été voté par la ville et mis en oeuvre à l’aide d’architectes de renom. Lesquels travaillaient également sur la réalisation d’un grand complexe culturel. Parmi les composantes de celui-ci figuraient un opéra, une résidence d’artistes, et une grande bibliothèque de 2 millions d’ouvrages… des projets «enterrés».

Les projets de la région

Proposés par le wali, les projets culturels de la région Fès-Meknès devraient être réalisés entre 2016 et 2019. Pour ce faire, plusieurs partenaires (ministères de l'Intérieur, Habitat, Culture... et collectivités locales régionale, communale, et préfectorale) vont devoir accorder leurs violons notamment pour assurer les financements nécessaires. A ce propos, l’institut des beaux-arts, approuvé en mai 2016, coûtera une enveloppe budgétaire de 60 millions de DH. Participent à sa réalisation les ministères de la Culture (20 millions de DH), l’Intérieur (10 millions DH), l’Habitat et la Politique de la ville (10 millions de DH), et les conseils de la région Fès-Meknès (10 millions),  la ville de Fès (8 millions de DH), et la préfecture de Fès (2 millions de DH). Ce projet sera conçu comme un laboratoire de recherche et d’expérimentation, ouvert sur les réalités artistiques contemporaines. Il vise à stimuler l’émergence de talents singuliers, à former des personnalités créatives (artistes, designers, auteurs...) pouvant mener des parcours différents au sein d’un large spectre de disciplines.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc