Tribune

La question du Sahara et la 4e Commission

Par Khalil HADDAOUI | Edition N°:5100 Le 06/09/2017 | Partager

Khalil Haddaoui est ancien ambassadeur (Ph. Privée)  

Nous avons écrit ici-même, il y a trois ans, que  la question du Sahara ne trouvera pas sa solution dans le cadre du Conseil de sécurité. Le Conseil agit dans le cadre du chapitre VI de la Charte de l’ONU. Son rôle se limite à une médiation et à faire des recommandations; il ne peut imposer une solution sans l’accord des parties. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité savent parfaitement que le conflit du Sahara est d’ordre géostratégique, entre le Maroc et l’Algérie.

Au vu des intérêts qu’ils ont avec l’un et l’autre, ils veilleront toujours à garder un certain équilibre entre les deux protagonistes. C’est pourquoi, dans les résolutions du Conseil de sécurité, chacun des deux trouve toujours de quoi exprimer sa satisfaction. Les pourparlers (et non les négociations), qui ont eu lieu, à ce jour, ont permis à une minorité séparatiste de se trouver sous les projecteurs des médias et de paraître ainsi comme le seul interlocuteur face au Maroc.

Car il faut admettre une réalité: aucune résolution du Conseil de sécurité ne cite l’Algérie comme une «partie au conflit». Les adversaires du Maroc savent utiliser à leur avantage l’esprit du chapitre VI et trouveront toujours le moyen d’empêcher toute issue satisfaisante. C’est la raison pour laquelle ils ne cessent de réclamer la reprise des pourparlers sous l’égide de l’Envoyé personnel du secrétaire général. Par contre, à la quatrième Commission, le Polisario intervient comme  pétitionnaire, parmi des dizaines d’autres pétitionnaires.

Tout en acceptant la médiation du Conseil de sécurité, le Maroc ne doit pas oublier que celui-ci peut décider, en cas d’échec, comme l’avait suggéré l’ancien secrétaire général, Kofi Annan, en 2004, de renvoyer le dossier à l’Assemblée générale, où, de toute façon, il est toujours à l’ordre du jour. Ce qui se traduira par le retrait de la Minurso et de l’Envoyé personnel du secrétaire général. C’est une possibilité que craignent l’Algérie et son protégé.

Le problème du Sahara n’est pas une question de décolonisation, c’est un cas sui generis. La preuve en est que dans la consultation des populations prévue par le Plan de règlement de l’ONU, il y a l’intégration au Maroc, ce qui est une reconnaissance implicite du droit du Royaume sur ses provinces sahariennes.

Ces dernières années, la diplomatie marocaine avait tendance à s’impliquer davantage dans le processus engagé par le Conseil de sécurité, et effectuer le service minimum à la 4e Commission. Elle doit au contraire se mobiliser pour défendre le  droit à l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Royaume, en se basant sur le texte de référence de cette Commission, à savoir la résolution 1514 (XV), qui stipule en son paragraphe 6: «Toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l’unité nationale et l’intégrité territoriale d’un pays est incompatible avec les buts et les principes de la Charte des Nations unies». L’objet de ce paragraphe, qui s’adresse aux puissances coloniales, leur signifie que la décolonisation ne doit pas se traduire par une sécession. C’est ce débat de fond qui doit être ouvert à l’initiative de la diplomatie marocaine.

La délégation algérienne, qui vient chaque année à l’ONU, pérorer sur le referendum d’autodétermination, qu’elle a toujours sabordé, doit être confondue face à ses contradictions. Il faut déconstruire sa propagande  au sujet d’un «peuple sahraoui». Le Sahara est une zone géographique qui se trouve sous plusieurs souverainetés. Les populations qui se trouvent dans le Sahara marocain ne constituent pas une entité ethnique différente des populations sahraouies qui relèvent d’autres souverainetés. Il y a un Sahara marocain, comme il y a un Sahara algérien.

Cette année la quatrième Commission sera présidée par l’ambassadeur du Venezuela auprès de l’ONU, avec lequel la délégation marocaine s’est confrontée au Comité des 24. C’est l’occasion de rompre avec l’approche qui a été suivie ces dernières années, à savoir l’examen d’un projet de résolution sur le Sahara que présente l’Algérie, qui devient par la suite «projet du président de la Commission», et adopté par consensus.  Le projet algérien doit être sérieusement amendé ou bien soumis au vote.

Si le problème du Sahara est toujours d’actualité aux Nations unies, c’est parce que, contrairement à ce qui s’est passé avec Tarfaya en 1958 et Ifni en 1969, les tergiversations de l’ancienne puissance coloniale ont permis une alliance objective d’intérêts avec l’Algérie qui s’est mobilisée pour empêcher le retrait du  «Sahara occidental» de la liste des territoires non autonomes. L’objectif de notre diplomatie est de le retirer de cette liste,  en déconstruisant toutes les manœuvres dilatoires qui ont été déployées pour maintenir  la question du Sahara à l’ordre du jour de l’Assemblée générale. C’est à la 4e Commission où doit être menée avec détermination la véritable bataille pour obtenir une majorité favorable à la réintégration de Saqia Elhamra et Oued Eddahab dans le Royaume, et mettre ainsi fin à cette tromperie du siècle.

Ce qui vient de se passer au Mozambique, dans le cadre de la TICAD, confirme ce que nous avons écrit précédemment, à savoir que la présence de cette prétendue république au sein de l’Union africaine est une nuisance permanente. Dans le cadre de la médiation du Conseil de sécurité, le Maroc doit refuser d’entamer des pourparlers, avant  que les choses ne soient clarifiées face à cette situation dichotomique: aux Nations unies, on parle d’un territoire non autonome qui, par définition, n’est pas un Etat, et dans une conférence internationale entre l’Afrique et le Japon (demain ce sera avec l’Union européenne, la Chine ou l’Inde), on veut imposer un soi-disant Etat. Il n’est que temps de dénoncer de la manière la plus ferme cette véritable mascarade que le Maroc ne peut en aucun cas accepter.

Changer de style

La diplomatie marocaine doit aussi changer de style, être un peu plus rigoureuse dans ses déclarations et ses communiqués, et se débarrasser des formules alambiquées, qui sont apparues ces derniers temps, et qui relèvent plutôt du charabia diplomatique. Il faut revenir à un langage clair, direct et vigoureux que l’on trouve d’ailleurs dans les discours royaux.
Lorsque le Souverain déclare: «Faute de faire assumer sa responsabilité à l’Algérie, en tant que principale partie à ce conflit, il n’y aura pas de solution».  C’est cette vérité qu’il faut expliciter, avec des preuves qui démontrent que l’Algérie, derrière sa soi-disant défense des principes, cache en fait ses visées hégémoniques. Son objectif est d’installer un Etat vassal lui permettant, d’une part l’accès à l’océan Atlantique, et d’autre part, de rompre tout lien terrestre direct du Maroc avec le reste du continent africain.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc