Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5096 Le 30/08/2017 | Partager

■ Juncker: La responsabilité entière est du côté turc
Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a affirmé mardi que la Turquie s’éloignait «à pas de géant de l’Europe», lors d’un discours devant les ambassadeurs de l’Union européenne.
Le pays suscite de fortes inquiétudes sur les droits de l’homme et l’Etat de droit de la part de l’Union européenne.
Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne sont actuellement au point mort. Il demeure qu’une majorité des pays européens ne souhaite pas suspendre formellement les négociations car cela pourrait détériorer sérieusement les relations avec la Turquie qui est un partenaire clé sur le dossier de l’immigration et de la lutte contre le terrorisme. «La question est de savoir si nous devons mettre un terme aux négociations avec la Turquie. C’est une question de pure théorie, puisque de toute façon il n’y a pas de négociations pour l’instant», a poursuivi Juncker. Et d’ajouter que l’Union européenne doit se conduire de façon à ce que les Turcs «remarquent que c’est eux, c'est-à-dire le système d’Erdogan, qui rend impossible l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne».

■ Brexit: Les négociations reprennent
Le troisième round des négociations du Brexit a été ouvert l’après midi du lundi 28 août et s’achèvera jeudi, au siège de la commission européenne. «Pour être honnête, je suis préoccupé, le temps passe vite», a lancé Michel Barnier, négociateur en chef de l’Union européenne pour le Brexit. Il a également insisté que les négociations doivent commencer à être sérieuses, appelant le Royaume-Uni à présenter des positions «claires» sur les modalités de leur retrait avant de «discuter de la relation future ou d’une période de transition».
David Davis, le secrétaire d’Etat pour le Brexit a répondu que «pour le Royaume-Uni, la semaine qui vient doit permettre de faire avancer les discussions techniques sur tous les sujets», avant de se tourner vers Michel Barnier en répétant la fin de sa phrase: «tous les sujets».
L’Union européenne a fixé trois priorités aux négociations: la facture que devra honorer le Royaume-Uni en quittant l’Union, le sort des citoyens européens sur le sol britannique et l’avenir de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc