Entreprises

Nouvelle redevance sur le pèlerinage

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5094 Le 28/08/2017 | Partager
Elle varie entre 400 et 800 DH selon la formule
Un arrêté conjoint Habous/Finances vient d’être rendu public
pelerinage_taxe_094.jpg

Chaque année, ce sont plus de 32.000 personnes qui effectuent le pèlerinage, dont environ la moitié à travers une agence de voyages. Le reste opte pour la formule proposée par le ministère des Habous (Ph. Jarfi)

A partir de l’année prochaine, le pèlerinage sera un peu plus cher. Les ministères des Habous et des Finances viennent d’introduire une nouvelle redevance sur l’encadrement aux pèlerins. L’arrêté conjoint a été publié au Bulletin officiel n°6598 du 24 août 2017. Le montant a été fixé à 800 DH pour le pack organisé par le ministère des Habous et à 400 DH pour les pèlerins qui choisissent de voyager avec un opérateur privé.

Les opérateurs ont été surpris par la publication de l’arrêté quelques jours à peine après les premiers départs de pèlerins et redoutent que le ministère des Habous ne ponctionne la redevance sur les fonds toujours déposés auprès de Barid Bank et sur lesquels sont défalqués un certain nombre d’autres dépenses telles que les frais de vaccination, la commission de la banque… En principe, la loi n’étant pas rétroactive, la redevance ne devrait pas être appliquée à la campagne actuelle.

La nouvelle redevance est censée couvrir les prestations offertes par le ministère des Habous telles que la fourniture de supports de formation (DVD, livret, support MP3) aux pèlerins, l’encadrement médical, la location d’un espace d’accueil et de repos au niveau des aéroports en Arabie saoudite…
Le Maroc dispose d’un quota annuel de pèlerins fixé à 32.000 personnes, réparti entre le ministère et les agences de voyages. Cette année, les voyagistes ont décroché 17.000 places contre 12.000 pour le public.

Le pèlerinage est un marché très rentable pour les opérateurs. Pour certains, c’est le principal contributeur au chiffre d’affaires. Le prix du pack dit économique varie entre 44.000 et 47.000 DH. La formule touristique oscille entre 50.000 et 60.000 DH.  Le premium démarre à 70.000 DH. Le pèlerinage est encadré par un Segma (Service de l’Etat géré de manière autonome): la Division du pèlerinage et des affaires sociales, dotée d’un budget annuel de 20 millions de DH. La structure offre aux pèlerins des prestations de transport aérien, terrestre, d’hébergement et de restauration sous forme de forfait.

Ce qui en fait un tour-opérateur et un redoutable concurrent sur une activité qui représente parfois jusqu’à 80% du chiffre d’affaires de certaines agences de voyages. Les personnes qui effectuent le pèlerinage sont tirées au sort. Les modalités constituent une source de friction entre le ministère des Habous et les voyagistes. Le département ministériel préférant l’organiser avant l’inscription des pèlerins soit auprès des arrondissements sur deux listes distinctes. L’une, pour ceux qui optent pour la formule du ministère des Habous et l’autre, pour ceux qui choisissent de partir via une agence de voyages.

Ce qui suscite des suspicions pour les opérateurs car certains pèlerins sont convaincus qu’ils ont plus de chances d’être tirés au sort en choisissant la formule publique. C’est la raison pour laquelle les voyagistes préfèrent que les pèlerins soient d’abord tirés au sort avant de choisir leur prestataire.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc