International

Attentats: La stratégie désespérée de Daech

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5090 Le 22/08/2017 | Partager
Finlande, Espagne… les enquêtes mènent vers le Maroc
Le groupe terroriste active ses «filiales»

«Je suis musulman, pas terroriste», «l’Islam est la paix», «Pas en notre nom» ou encore «Stop terrorisme» … Des sit-in et des manifestations ont été organisées par les membres de la communauté musulmane en hommage aux victimes des attentats de Barcelone et de Cambrils. «Les musulmans craignent de perdre leur Espagne tolérante». C’est le message qui a été véhiculé lors des rassemblements.

Les auteurs des attentats de Barcelone, revendiqués par le groupe terroriste dit Etat Islamique constituent une «cellule jihadiste» de 12 personnes. Leur point commun est qu’ils étaient perpétrés principalement par de jeunes Marocains. Ils sont en Une des médias mondiaux après les attaques en Finlande et en Espagne.

Aux dernières nouvelles, la traque du dénommé «Younès Abouyaaquoub» (Marocain âgé de 22 ans), le conducteur en fuite de la camionnette qui a tué 13 personnes à Barcelone, s’est étendue hier lundi à toute l’Europe. La police catalane doit encore communiquer sur le sort d’un imam, sous le nom de «Abdelbaki Es Satty», qui aurait endoctriné la cellule terroriste.

«Le bilan aurait pu être encore plus lourd puisque les conspirateurs s’apprêtaient à commettre un ou plusieurs attentats de manière imminente», selon le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero cité par AFP. Le gouvernement espagnol a décidé de maintenir au niveau 4 (risque élevé) l’alerte antiterroriste après les attentats. Les dispositifs de réaction aux éventuels attentats seront également renforcés. Blocs de béton, sacs de sable, véhicule en barrage...ce sont là les options retenues par les autorités des pays européens pour protéger la population contre les attaques de véhicules-béliers.

La semaine a été marquée par une série d’attaques, ce qui laisse supposer que Daech en difficulté sur le plan militaire, a opté pour la stratégie «du tout pour le tout». En ce qui concerne l’attaque en Finlande, le tribunal de Turku a annoncé avoir identifié «Abderrahman Mechkah», âgé de 18 ans, comme le principal suspect de l’attaque qualifiée de «terroriste» par les autorités, qui a fait deux morts et huit blessés vendredi dernier.

La police avait indiqué qu’il s’agissait d’un demandeur d’asile marocain qui avait délibérément visé des femmes à Turku (sud-ouest). Les autorités avaient également arrêté quatre Marocains en lien avec l’assaillant, lors de deux perquisitions, dans un centre pour demandeurs d’asile et dans un appartement, à Turku.

En Russie, le Comité d’enquête, organe chargé des principales investigations criminelles, a annoncé que l’enquête sur l’attaque au couteau qui a fait samedi sept blessés à Sourgout, allait être menée au plus haut niveau, à Moscou. Elle a été aussi revendiquée par l’EI. Ailleurs en Turquie, les forces de sécurité ont tué un membre présumé du groupe terroriste et en ont arrêté quatre autres. Ils sont tous soupçonnés d’avoir planifié un «attentat à la bombe».

Marseille a eu peur

Un véhicule a foncé sur deux abris d’autobus hier lundi matin à Marseille, dans le sud de la France, tuant un piéton et blessant un autre avant d’être intercepté par la police qui a interpellé le conducteur, selon des sources policières. L’homme interpellé, âgé d’environ 35 ans, ne serait pas marseillais. Les polices judiciaires de Marseille et de Lyon ont été saisies. A l’heure où nous mettions sous presse, le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, a écarté un «acte terroriste».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc