International

Afrique: L’Egypte copie le Maroc...

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5089 Le 18/08/2017 | Partager
Offensive diplomatique en Tanzanie, Rwanda, Gabon et Tchad
Le Caire prépare le terrain pour son forum économique prévu en décembre
abdel_fattah_al-sissi_089.jpg

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a cherché à renforcer l’influence de son pays en Afrique avec une tournée dans plusieurs pays (Ph. AFP)

L’Afrique continue de séduire les dirigeants arabes. Après l’offensive diplomatique et économique du Roi Mohammed VI sur le continent, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi vient d’effectuer une tournée africaine qui l’a conduit en Tanzanie, au Rwanda, au Gabon et au Tchad. Un voyage centré sur la coopération économique et la lutte antiterroriste.

Membre de l’Union africaine (UA que le Maroc a réintégrée le 30 janvier 2017), le Caire doit organiser en décembre un forum intitulé «Business for Africa, Egypt and the World». A Libreville, le président égyptien a insisté sur l’importance du renforcement de la coopération entre les deux pays dans le cadre de l’Union africaine, de l’ONU et ses différents organes. D’ailleurs, un accord commercial a été signé entre les deux pays.

Les deux chefs d’Etat ont aussi abordé les conflits qui secouent plusieurs pays africains. Ils ont encouragé les efforts qui visent à ramener la paix dans des pays tels que la République centrafricaine et la République démocratique du Congo. L’étape tchadienne, jeudi 17 août, du président égyptien a aussi porté sur les questions sécuritaires, notamment en Libye, le voisin commun aux deux pays. Il devait aborder la lutte antiterroriste avec son homologue tchadien Idriss Déby Itno.

En Tanzanie et au Rwanda, le président égyptien élu en 2014 a évoqué la coopération économique. Il a mis l’accent sur les télécommunications, le tourisme, l’agriculture et l’énergie. La campagne de promotion internationale menée par le président depuis son élection (visite des pays du Conseil de Coopération du Golfe, présence à Davos…) semble porter ses fruits (cf. notre édition N° 4586 du 11/08/2015). La conférence internationale pour l’Egypte, qui s’est tenue le  13 mars 2015 à Charm el-Cheikh, a permis la signature de près de 36 milliards de dollars de contrats. Ce qui pourrait contribuer à terme à relancer l’économie égyptienne.

D’après l’appréciation du risque de Coface (janvier 2017), la dégradation de l’environnement social et sécuritaire risquerait de peser sur la reprise économique et, particulièrement, sur le retour des touristes et des investisseurs étrangers. L’année 2016 est restée marquée par l’inflexion de la politique étrangère égyptienne et par la détérioration des liens avec le voisin saoudien qui s’est traduite par l’arrêt des aides et des livraisons de pétrole saoudien, note Coface. Cette réorientation des relations diplomatiques égyptiennes devrait se faire au bénéfice de la Russie et des Etats-Unis avec lesquels le président Al-Sissi entend nouer des rapports privilégiés.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc