Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5088 Le 17/08/2017 | Partager

■ Brésil: Un puma évacué d'un bureau
Les employés d'une entreprise brésilienne se sont retrouvés lundi nez à nez avec un puma sauvage recroquevillé sous un bureau, ont indiqué les pompiers locaux, qui incriminent les feux de forêt pour expliquer sa présence en ville. Le félin avait élu domicile dans la réception d'une entreprise de montage de conteneurs à Itaperica da Serra, petite ville située à 50 km de Sao Paulo, la capitale économique du Brésil. «Nous avons reçu plusieurs appels vers 7h00 du matin. Les employés, qui avaient l'air effrayés, ont fermé la salle à clé en attendant notre arrivée», a expliqué à l'AFP l'officier Alessandro, porte-parole des pompiers locaux. Ces derniers sont intervenus en compagnie d'un vétérinaire, qui a administré un sédatif à l'animal pour qu'il puisse être évacué et remis au siège d'une ONG de préservation de la biodiversité, a-t-il ajouté. «Nous pensons que le puma est sorti de son habitat naturel à cause des feux de forêt fréquents dans la région», a expliqué le corps de pompiers de Sao Paulo sur Facebook.
Plusieurs photos du puma ont été publiées sur le compte Twitter des pompiers, ainsi qu'une vidéo dans laquelle on peut entendre l'animal rugir bruyamment sous un bureau.

■ Un fusil d'assaut pour Michael Jackson
Une statue de Michael Jackson dans une favela de Rio de Janeiro, ville en proie à la violence, a été affublée d'un fusil d'assaut, d’après une photo circulant lundi sur les réseaux sociaux. La police locale a indiqué dans un communiqué que la photo avait été prise «par des criminels» appartenant au gang d'un trafiquant de drogue arrêté le 27 juillet. «Les suspects ont été identifiés et une opération est en cours pour les arrêter», explique le texte, sans préciser la date du cliché, qui a été pris en plein jour.
La statue de bronze, installée sur une terrasse de la favela Santa Marta, a été inaugurée en 2010, un an après la mort du chanteur, qui s'était rendu dans cette favela pour filmer des scènes du clip «They don't care about us», en 1996. Photographiée par de nombreux touristes, cette statue symbolisait le renouveau des favelas, où vit près d'un quart de la population de Rio.
A l'époque de son inauguration, certaines favelas étaient parvenues à s'affranchir du joug des narcotrafiquants grâce à la politique de «pacification», une occupation des lieux par une police de proximité. Mais un an après les Jeux Olympiques, Rio est à nouveau en proie à une forte hausse de la violence, avec notamment une multiplication des fusillades lors d'incursions de la police dans les favelas pour affronter des narcotrafiquants lourdement armés.
Depuis le début de l'année, 97 policiers sont morts en service et les balles perdues ont fait des dizaines de victimes, y compris des enfants.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc