Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5084 Le 10/08/2017 | Partager

■ Des pots-de-vin pour récupérer les corps à la morgue!

La corruption endémique au Brésil a pris un tour macabre avec l’arrestation mardi d’un conseiller municipal de Rio de Janeiro accusé de réclamer des pots-de-vin à des familles endeuillées pour récupérer des corps à la morgue. Selon le parquet, Gilberto de Oliveira Oliveira commandait depuis 2014 une «mafia» au sein de l’Institut médico-légal (IML) de Campo Grande, quartier populaire situé à l’ouest de Rio. Deux autres suspects ont été arrêtés: le directeur de l’IML et le responsable de la police locale. D’après les enquêteurs, la «mafia» en question faisait en sorte que des corps en provenance de quatre hôpitaux soient transférés vers l’IML même dans des cas de mort naturelle sans nécessité d’autopsie. Par la suite, «les familles des défunts devaient payer des pots-de-vin pour récupérer les corps», a expliqué un porte-parole du parquet à l’AFP. Cette nouvelle affaire s’ajoute aux scandales de corruption à répétition qui ébranlent le Brésil. Des dizaines d’hommes politiques de tous bords sont visés par l’opération «Lavage Express», enquête tentaculaire qui a révélé, entre autres, le trucage systématique de marchés publics, notamment de la compagnie pétrolière d’État Petrobras. Le président Michel Temer lui-même a été accusé d’avoir reçu des pots-de-vin du géant de la viande JBS, mais la Chambre des députés a voté la semaine dernière contre l’ouverture d’un procès devant la Cour suprême. Près de 40% des députés sont eux-mêmes visés par des enquêtes pour corruption.

■ Un voyageur transportait deux bras dans sa valise

haut_les_mains_084.jpg

Un voyageur a été interpellé par la police chinoise dans une gare routière après la découverte de deux bras dans son bagage, à la suite d’un contrôle de sécurité. Il devrait cependant s’en tirer sans poursuites judiciaires. Le quinquagénaire s’apprêtait à embarquer la semaine dernière dans un autocar au départ de Duyun, une petite ville du Guizhou (sud-ouest de la Chine), lorsque les autorités locales ont fait cette macabre découverte, rapporte le quotidien régional Chongqing Chenbao. Arrêté par les forces de l’ordre et soupçonné de meurtre, l’homme a expliqué que les membres tronçonnés appartenaient à son frère, ce dernier ayant dû subir une amputation à la suite d’une électrocution accidentelle. Or, il est de tradition en Chine d’enterrer ou d’incinérer le corps d’un défunt dans son intégralité, avec les quatre membres au complet, afin de préserver son avenir dans l’au-delà. Le frère du voyageur l’avait donc chargé de transporter ses bras amputés dans leur village natal, afin qu’ils y soient conservés, dans la lointaine perspective de ses funérailles. La police a finalement remis l’homme en liberté, après s’être assuré de la véracité de ses explications auprès de l’établissement hospitalier.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc