Habillage_leco
Régions

Agadir: Un nouvel entrant dans l’hôtellerie

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5084 Le 10/08/2017 | Partager
Un hôtel 5* pour redonner ses lettres de noblesse au tourisme balnéaire de luxe
Les touristes haut de gamme, la cible
hotel-agadir-084.gif

Le Groupe Dounia Hôtel revient en force dans le Chef-lieu du Souss avec son établissement Khalij Agadir, un hôtel dédié au tourisme balnéaire de luxe (Ph. F.N.)

Après 25 ans d’absence, l’homme d’affaires Abdelhadi Alami revient à Agadir, avec sous le bras, un investissement de 150 millions DH. Son nouveau projet? Un hôtel cinq étoiles de luxe, rien que ça. La nouvelle structure, qui appartient au Groupe «Dounia Hôtels», porte le nom de «Khalij Agadir», en référence à la baie d’Agadir classée parmi les quatre meilleures du monde, nous explique-t-on.

Etalé sur deux hectares, l’établissement réalisé sous forme de riad, comprend 100 suites avec jacuzzis et peut accueillir entre 250 à 300 touristes. «Nous ne sommes pas dans l’optique d’un tourisme de masse, notre cible c’est une clientèle prête à miser pour son confort personnel dans un cadre de rêve aux normes internationales», explique Abdelhadi Alami, président-fondateur du Groupe Dounia Hôtels. De quoi insuffler une nouvelle dynamique au tourisme balnéaire haut de gamme dans le Chef-lieu du Souss, noyé dans les formules all inclusive.

L’hôtel a officiellement ouvert le 8 août dernier. Durant les trois premiers mois, il va générer 120 emplois directs. Un chiffre appelé à doubler une fois que tous les espaces d’animation seront opérationnels. Ces espaces, qui pourront accueillir jusqu’à 1.000 personnes, comprennent un restaurant marocain, un café berbère, un sky bar, un spa andalou, des discothèques.... En plus de 11 points de vente. Ce concept Hôtel Boutique cinq étoiles est ainsi implanté pour la première fois à Agadir.

De quoi diversifier l’offre tout en renforçant la capacité litière locale. Aujourd’hui, administrateurs et personnel de l’hôtel s’activent pour peaufiner les derniers détails avant de commencer à recevoir sa clientèle haut de gamme, à partir de mardi prochain.
Après une absence de plus de deux décennies, Abdelhadi Alami revient avec un constat.

«La ville s’est transformée en un petit village alors qu’elle a des potentialités à revendre», déplore-t-il. Une mise à niveau de la ville est donc nécessaire pour redorer le blason de la destination. En même temps, il est question de tout mettre en œuvre pour faciliter les procédures aux investisseurs. Afin de mieux les encourager.

De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc