Régions

Gharb: Une campagne sucrière en béton

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5078 Le 02/08/2017 | Partager
Une production dépassant un million de tonnes de cultures sucrières
Ce qui a permis le fonctionnement à plein régime des usines de la région
Redoubler d'efforts pour la mécanisation de la filière

Bilan satisfaisant réalisé par les cultures sucrières dans la région du Gharb. C'est ce qui ressort des résultats publiés par la direction régionale d’agriculture de la région de Rabat-Salé-Kénitra (RSK) à l’issue de la campagne 2016-2017. Celle-ci a été marquée par des conditions climatiques favorables avec une pluviométrie généreuse et bien répartie. Le volume des précipitations a atteint 459 mm, soit un accroissement de 92% par rapport à la campagne précédente.

Ce qui a permis de réaliser une production totale de 1,04 million de tonnes de cultures sucrières, contre 992.300 tonnes lors de la campagne précédente, soit une augmentation de 4,8%, est-il indiqué. Ce niveau de production a contribué au fonctionnement en plein régime des trois usines de sucre situées au niveau de la région, indique El Mahdi Arrifi, directeur régional de l'agriculture de la région RSK.

Ce dernier rappelle que la campagne 2016-2017 a été marquée par la poursuite du plan de relance de la filière canne à sucre lancée en 2015. Ainsi, la superficie totale sous canne pour cette campagne a atteint 8.500 ha dont 1.350 ha pour les nouvelles implantations. La fin de la campagne d’usinage a eu lieu le 23 juin 2017 et la production totale réalisée a été de 416.600 tonnes pour une superficie récoltée de 6.500 ha, soit un rendement moyen de 64,2 t/ha contre 64,61 t/ha lors de la campagne précédente, est-il précisé.

Quant à la betterave, la campagne d’usinage a pris fin le 10 juillet dernier et la production totale réalisée s’élève à 622.500 tonnes pour une superficie récoltée de 11.500 ha. Ce qui représente un rendement moyen de 54 t/ha contre 53,8 t/ha réalisé lors de la campagne précédente. Ces performances sont enregistrées grâce aux efforts conjugués des intervenants de la filière et aux mesures incitatives et d’accompagnement prises pour le développement des cultures sucrières dans le périmètre du Gharb, explique El Mahdi Arrifi.

Allusion est faite à l’aide de l’Etat aux nouvelles plantations de la canne à sucre (6.000 DH/ha) ainsi qu'aux subventions pour le développement de la mécanisation et de l’irrigation localisée dans le cadre du Fonds de développement agricole. La direction régionale signale que les semis de betterave à sucre et en semences monogermes se font à 100% mécaniquement. Elle indique aussi que le taux de récolte mécanique de la canne à sucre et de la betterave à sucre est en nette progression, atteignant respectivement 36% et 15% de la production récoltée. Mais beaucoup de travail reste encore à faire pour améliorer ces taux et accompagner le développement du secteur, conclut le directeur régional.

Goutte-à-goutte, le salut

Pour relancer la filière canne à sucre, il faudrait développer des nouvelles variétés de canne à sucre qui résistent au gel qui frappe la région de temps à autre. 29 variétés importées de Floride sont en cours d’expérimentation, précise le directeur régional de l’agriculture. De plus, les actions menées pour l’introduction de la technique d’irrigation goutte-à-goutte considérée comme la mieux adaptée pour ce type de culture. Grâce aux essais réalisés, «on a pu montrer à nos agriculteurs la possibilité d’atteindre un taux de rendement de plus de 160 tonnes par ha contre une moyenne enregistrée actuellement de 64 tonnes par ha», indique Arrifi.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc