Régions

Casa-Tramway: Ce que prévoit le nouveau contrat d’exploitation

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5076 Le 31/07/2017 | Partager
4,7 milliards de DH pour l’ensemble du réseau tram/BHNS sur 12 ans
Le déficit de 80 millions de DH réduit d’un quart
Exit Casa-Tram, qui devient RATP Dev Casablanca
casa_tram_076.jpg

En vertu du nouveau contrat d’exploitation, la rémunération de RATP Dev passera de 237 millions de DH en 2017 à 216 millions de DH en 2018, soit une économie de 21 millions de DH par rapport au tarif actuel

L’adoption du nouveau contrat d’exploitation du réseau de tramway à Casablanca était l’un des points culminants de la session extraordinaire du Conseil de la ville qui s’est tenu jeudi 27 juillet. Il s’agit de la procédure ultime au terme d’un long processus de négociation, bouclé par la signature du nouveau contrat avec le français RATP Dev, retenu suite à un appel d’offres international (cf. édition du 12 juin 2017).

«L’actuel contrat expire dans quelques mois, il fallait donc anticiper la signature afin d’effectuer la passation en décembre prochain», souligne Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville de Casablanca. RATP Dev, actuel exploitant de la 1re ligne via sa filiale Casa-Tram, effectuera donc la passation avec lui-même, au bout de 5 ans d’exercice. Son mandat s’étend désormais à l’ensemble du réseau de transport en site propre (5 lignes de tram et 2 en mode BHNS), qui sera opérationnel d’ici 2022. Par la même occasion, Casa-Tram changera de dénomination pour devenir RATP Dev Casablanca.

«Ce changement est logique puisque le futur réseau sera composé aussi de bus à haut niveau de service», soutient une source proche du dossier. Ce contrat, qui vient d’être validé par les élus, est une version «revue et corrigée» du contrat actuel, toujours en vigueur jusqu’au 12 décembre prochain. Le nouvel accord, qui couvre 12 ans avec possibilité de résiliation unilatérale au bout de 5 ans (sans indemnités), a été négocié avec RATP Dev durant le mois de juin dernier.

Les équipes de la SDL Casa Transport, en charge de ce dossier, ont été assistées par le groupement Dentons, Erea Conseil et Espelia. C’est d’ailleurs ce même groupement qui vient d’être retenu pour l’assistance à l’élaboration et la mise en place d’un nouveau contrat pour l’exploitation du réseau de bus sur le territoire de l’Etablissement de coopération intercommunale «Al Beida».

En vertu du nouveau contrat, paraphé en juillet, la rémunération de RATP Dev sera de l’ordre de 4,7 milliards de DH sur 12 ans (jusqu’en 2029). Une offre qui comprend l’exploitation, la maintenance et le grand levage. RATP Dev, rémunéré au kilométrage effectué, devra donc couvrir ses charges d’exploitation (salaires, électricité …) ainsi que les risques industriels liés à cet exercice (pannes, accidents, vandalisme…). Pour leur part, les deux concurrents de RATP Dev ont proposé des offres plus conséquentes, soit  4,9 milliards de DH pour Transdev et 5,2 milliards pour West Midland.

A titre indicatif: la rémunération pour l’actuelle ligne (37 rames en circulation) est autour de 200 millions de DH/an. Un chiffre qui devrait être multiplié par 7 à l’entrée en service de l’ensemble du réseau. Mais les critères d’évaluation et de sélection des offres concurrentes ne sont pas uniquement d’ordre financer (coût kilométrique, prix du ticket …). Ils sont aussi techniques à hauteur de 40%. Ce volet comprend entre autres la maintenance/renouvellement, l’exploitation technique, la commercialisation et le suivi des services. Autre nouveauté du contrat, qui entrera en vigueur en décembre prochain, la possibilité pour un représentant de la ville de siéger au conseil d’administration de RATP Dev Casablanca.

La CUC pourrait aussi, si elle le souhaite, entrer dans le capital de la nouvelle structure à hauteur de 34%. De même, si les marges de celle-ci dépassent les 8%, les revenus seront réinvestis pour améliorer la qualité de service. Mais la grande nouveauté, selon le président du Conseil de la ville, réside dans la réduction d’un quart du déficit (80 millions de DH/ligne). En effet, la rémunération de RATP Dev passera de 237 millions de DH (en 2017) à 216 millions de DH en 2018, soit une baisse de 21 millions de DH par rapport au tarif actuel.

Une remise significative si on la multiplie par les 7 lignes prévues à l’horizon 2022. Les recettes publicitaires (de l’ordre de 15 millions de DH) contribuent également à réduire ce déficit qui devrait passer à 44 millions de DH/ligne. La commune urbaine de Casablanca, qui continue à supporter 40% du coût réel du ticket de tram, a donc intérêt à fructifier ses recettes publicitaires avant l’entrée en service de l’ensemble du réseau. A terme, le réseau comportera 5 lignes de tramway totalisant 76 km et deux lignes de BHNS (22 km). Pour rappel, RATP Dev est présent dans 15 pays en Europe, Amérique, Asie et Afrique, et dans plus de 30 villes, agglomérations et départements en France.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc