Economie

Le recul turbo des réserves de changes

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5076 Le 31/07/2017 | Partager
La baisse atteint 50 milliards de DH
6 mois et 25 jours d’importations
Liquidation progressive des agences de développement régional dès 2018
resrve_chages_076.jpg

Les performances des métiers mondiaux du Maroc se confirment. Le secteur automobile arrive en tête des secteurs exportateurs avec une part de 24%. Les  six premiers mois ont généré 29,9 milliards de DH, soit une hausse de 2,9% par rapport à la même période que l’année dernière

Les parlementaires des commissions des finances des deux chambres du Parlement ont été surpris par l’ampleur du recul des réserves de changes. En effet, au 14 juillet dernier, le volume a baissé de 50 milliards de DH par rapport à la fin de 2016. Ainsi, il est passé de 252 milliards de DH, soit la couverture de 6 mois et 25 jours d’importation à 202 milliards de DH, soit 5 mois et 8 jours d’importation de biens et services. Selon le ministre Mohamed Boussaïd, ce recul s’est localisé au cours de mai et juin derniers où la baisse a atteint 15 et 24 milliards de DH.

Face aux parlementaires, le ministre s’est voulu rassurant arguant que les réserves en devises vont se reconstituer à partir des prochaines semaines pour atteindre l’équivalent de 6 mois de couverture des importations d’ici la fin de cette année. Comme il s’agit d’opérations adossées, la devise devait de toute manière sortir pour des importations dans les mois à venir. En tout cas, une amélioration de la position des banques à l’étranger a été enregistrée puisqu’elle est passée de  - 7 milliards de DH à + 13 milliards de DH.

La souscription a été de près de 30 milliards de DH de couverture de changes par des importateurs qui ont anticipé sur l’entrée en vigueur de la flexibilité du dirham. Pour lui, il ne s’agit pas de spéculation, mais d’instruments financiers légaux, fournis par les banques et qui permettent à tout importateur de se couvrir contre les risques de change. A l’approche de l’entrée en vigueur de la flexibilité, des opérateurs ont anticipé sur le recul du dirham, en renforçant la couverture du risque de changes de leurs importations.

Cette explication a été nécessaire lors de l’exposé de Mohamed Boussaïd sur l’exécution de la loi de finances de cette année. Le ministre a saisi cette opportunité pour donner un aperçu sur les réformes que le gouvernement compte introduire dans le projet de budget de 2018. En effet, la réforme de la fiscalité sera accélérée à travers l’élargissement de l’assiette, le renforcement du contrôle et la réduction des exonérations fiscales. A cela s’ajoute la poursuite de la refonte de la Caisse de compensation via la décompensation progressive, avec la mise en place d’une base de données unifiée de ciblage des couches pauvres et précaires.

Mohamed Boussaïd a également abordé les priorités de la prochaine loi de finances. Ainsi, le gouvernement compte soutenir les secteurs sociaux, particulièrement l’enseignement, la santé, l’emploi et la réduction des disparités dans le monde rural. L’autre priorité porte sur le développement de l’industrialisation, la promotion de l’investissement privé et l’appui aux PME.

Le ministre des Finances donnera la primauté à l’exécution des projets et des conventions présentés devant le Souverain. Un coup d’accélérateur sera donné aux programmes de mise à niveau urbaine de plusieurs villes dont notamment Al Hoceïma, Rabat et Casablanca.  De même, au niveau des grandes infrastructures, le gouvernement poursuivra la réalisation de la voie express reliant Taza à Al Hoceïma, avec 400 millions de DH, et autant pour le port de Nador West Med.

Si celui de Jorf Lasfar canalisera 200 millions de DH, le port de Safi sera doté de 800 millions de DH. La construction des barrages absorbera 1,5 milliard de DH et la maintenance des routes 450 millions de DH. A cela s’ajoutent 1,6 milliard de DH consacrés à l’expropriation et à l’exécution des jugements. De même, 400 millions de DH seront consacrés à l’extension de la bourse aux étudiants de la formation professionnelle, en plus de 1,6 milliard de DH au titre de la bourse des étudiants dans les universités.

En outre, 2018 verra le démarrage de la liquidation progressive des agences de développement régional. Cette rubrique comportera 800 millions de DH sur des engagements précédents dans la limite de 5 milliards de DH.

Le ministre s’est engagé à accélérer la réalisation du modèle de développement des provinces du Sud dont le montant arrêté était de 77 milliards de DH. Idem pour la mise en œuvre du programme de mise à niveau  du monde rural, en partenariat avec les régions à hauteur de 50 milliards de DH.

Chômage: Les chiffres dans le rouge

Le chômage a progressé pour atteindre 10,7% contre 10,4% dans le milieu urbain. Dans la campagne, il s’établit à 17,7%. Une hausse malgré la création de 109.000 nouveaux postes d’emploi. En tout cas, le chômage est plus important dans les villes, chez les diplômés, les jeunes et les femmes.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc