Brèves internationales

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:5073 Le 26/07/2017 | Partager
breves.jpg
PH. AFP

Esplanade des mosquées: Détente, mais... 
Le bureau du Premier ministre israélien a décidé de retirer, hier mardi, les détecteurs de métaux autour de l’esplanade des mosquées. Cette décision intervient après des discussions entre Benjamin Netanyahu et le roi Abdallah II de Jordanie, le pays étant le gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem. 
Les tensions n’ont cessé de croître depuis l’assassinat de deux policiers israéliens le 14 juillet dernier. En effet, les Palestiniens ont interprété la mise en place de détecteurs de métaux comme le signe d’une intention des Israéliens d’étendre leur contrôle sur le site, troisième lieu saint de l’Islam et premier lieu le plus sacré du judaïsme. Les autorités musulmanes ont quant à elles demandé aux fidèles de continuer le boycott malgré la décision.  

Crise libyenne: Une réunion tripartite décisive à Paris 
Hier mardi, une réunion sous l’égide du président Macron près de Paris accueillait les deux protagonistes de la crise libyenne, le chef du gouvernement, Fayez al-Sarraj, ainsi que Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est. Créer un Etat central fonctionnel, unifier les forces rivales, relancer l’économie et améliorer la vie quotidienne des Libyens sont autant de défis à relever. La présidence française espère faire signer aux frères ennemis une «déclaration conjointe pour définir les principes de sortie de crise». 
Un diplomate français résume la situation comme «un panorama incroyablement éclaté sur le plan politique et militaire».

Maldives: Bras de fer entre gouvernement et parlement
Le parlement a été bouclé par l’armée, hier mardi, suite à une décision prise par le gouvernement. La présidence a invoqué des mesures de sécurité avant les commémorations du 52e anniversaire de l’indépendance de l’archipel. Elles accueilleront plusieurs personnalités étrangères dont le Premier ministre pakistanais, invité d’honneur. L’opposition quant à elle y voit une «action illégale des forces de l’ordre». Elle entend priver le président Abdulla Yameen du contrôle du Parlement avant la présidentielle de 2018.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc