Economie

Consommation des ménages: Accalmie sur les prix depuis le début de l’année

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5072 Le 25/07/2017 | Partager
Décélération de l’Indice des prix à la consommation pour les 5 premiers mois
Ce ralentissement concerne essentiellement les produits alimentaires
Les prix de l’enseignement et du transport en hausse
super-marche.jpg

En dépit d’une augmentation durant le mois de mai, l’évolution de l’Indice du prix à la consommation (IPC) durant le premier semestre de 2017 est moins importante que l’année dernière. Ce ralentissement concerne surtout l’IPC alimentaire (Ph. L’Economiste)

LA consommation des ménages se porte bien depuis le début de cette année. C’est ce qui ressort de la dernière note de conjoncture de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère des Finances. Elle s’inscrit dans une «tendance positive courant 2017», peut-on lire dans ce document. Cette situation est due au «faible niveau de l’inflation» et du «comportement favorable des revenus». La bonne campagne agricole et l’évolution positive des crédits à la consommation ont favorisé cette situation. A fin mai dernier, les crédits à la consommation enregistraient une hausse de 4,9%. Parallèlement, la note de conjoncture met l’accent sur la création de 86.000 nouveaux emplois rémunérés durant le premier trimestre de cette année.
En mai dernier, l’indice des prix à la consommation affichait une hausse mensuelle de 0,5%, tiré essentiellement par l’augmentation des prix des produits alimentaires (+1,3%). Elle concerne notamment les légumes (+5,6%), les fruits (+3,4%) ; les poissons et fruits de mer (+3,4%), les viandes (+0,9%)… En dépit de ces augmentations, la hausse de l’IPC est en décélération pour les 5 premiers mois de l’année. Cet indice a enregistré une évolution de 0,9% contre 1,3% l’année précédente. Ce ralentissement concerne essentiellement les produits alimentaires, dont le prix a augmenté de 0,2% sur cette période contre 2,2% l’année dernière. En face, l’IPC non alimentaire est plutôt en progression plus importante que l’année dernière, avec 1,5% contre 0,5% en 2016. Cela traduit une hausse des prix des restaurants et hôtels (+3,3%), de l’enseignement (+2,9%) et du transport (+2,8%).
Globalement, la note de la DEPF met l’accent sur «le comportement favorable des principaux baromètres conjoncturels, tant au niveau de l’offre que de la demande, au cours du 1er semestre de 2017».

Repères

  •  +0,9% de l’IPC durant les 5 premiers mois de 2017
  • +0,2% du prix des produits alimentaires contre +2,2% l’année dernière
  •  +1,5% de l’IPC non alimentaire contre 0,5% en 2016
  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc