Régions

Fès: Un éco-campus pour l’université Euromed

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5064 Le 13/07/2017 | Partager
Un prêt de plus de 700 millions de DH débloqué par la BEI
L’ensemble des constructions sera finalisé en 2021

C’est probablement l’une des universités les mieux placées dans l’espace euro-méditerranéen. Présidée par le Souverain, et accréditée par 43 Etats, l’université Euromed de Fès (UEMF) vient de décrocher un important prêt, financé par la Banque européenne d’investissement (BEI). Celle-ci, représentée par son vice-président, Romàn Escolano et l’UEMF, représentée par son président, Mostapha Bousmina, ont procédé, vendredi dernier, à la signature d’un contrat de financement pour un prêt de 70 millions d’euros (plus de 700 millions de DH).

eco-campus-universite-euromed.jpg

La première tranche de l’éco-campus de l’UEMF s’étend sur 14.000 m2. Elle a été réceptionnée en septembre dernier. Le chantier bat son plein dans la 2e tranche (14.000 m2 additionnels)… qui sera livrée d’ici peu. L’ensemble des autres constructions sera livré en 2021

En effet, ce montant est destiné à boucler le budget d’investissement pour la construction et l’équipement de l’éco-campus de l’UEMF. «Un campus à la fine pointe de la technologie», présente Mostapha Bousmina. Ce n’est pas d’ailleurs fortuit si la cérémonie de signature du prêt de la BEI s’est tenue en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaïd, du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Hassad, de la secrétaire d’état au ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Mounia Boucetta, du chancelier de l’UEMF, Mohammed Kabbaj et du secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UpM), Fathallah Sijilmassi.   
Initiée sous l’impulsion de SM le Roi, qui en est le président d’honneur, l’UEMF est un projet phare de l’UpM promouvant le dialogue interculturel, l’échange et la coopération entre les deux rives de la Méditerranée. Elle accueillera, en régime de croisière, plus de 6.600 étudiants en provenance des pays de l’espace euro-méditerranéen et de l’Afrique subsaharienne. Il est prévu qu’environ 80% des étudiants bénéficieront d’opportunités de mobilité internationale, avec à la clef l’obtention d’un double diplôme. «Pour la rentrée 2017-2018, nous comptabilisons quelque 1.200 inscrits, en plus d’une centaine de professeurs-chercheurs», souligne Bousmina. Et de poursuivre: «46%  de notre corps administratif et professoral sont issus de France, Espagne, Portugal, Grèce, Belgique, Angleterre, USA, Allemagne, Algérie, Mali, Canada et Suède,…avec une proportion de 36% de femmes».
Construit sur la route de Meknès (RN n°6), ce projet (30 ha) de plus d’un milliard de DH d’investissement ambitionne de «préserver l’identité culturelle et académique» qu’a toujours jouée la capitale spirituelle du Royaume, depuis la création de l’Université Al Quaraouiyine il y a onze siècles et demi. Sa réalisation est financée à travers l’emprunt de la BEI, en plus des aides financières du gouvernement marocain, et de l’Union européenne, et des dons de la Banque africaine de développement (BAD), et autres donateurs marocains privés. 
Lors de cette cérémonie, Romàn Escolano a déclaré que «l’UEMF est un projet d’excellence que nous sommes très heureux et fiers de financer. Cet éco-campus est de surcroît emblématique du partenariat euro-méditerranéen qui va se développer de chaque côté de la Méditerranée entre étudiants, chercheurs et jeunes professionnels avec à la clef de réelles opportunités de formation et d’emploi. Nous développons ainsi des infrastructures modernes et durables qui s’inscrivent pleinement dans le cadre de notre initiative de résilience économique tout en contribuant au développement d’une économie verte au Maroc». De son côté, Fathallah Sijilmassi, SG de l’UpM a noté que «l’UEMF dont le plan de financement est aujourd’hui finalisé a la vocation d’être un véritable centre académique d’excellence au profit de la jeunesse marocaine, euro-méditerranéenne et africaine conformément à la vision de SM le Roi». 
«L’UpM est heureuse de soutenir activement ce projet stratégique qui constitue, à travers des thématiques de l’éducation, de la formation et de la mobilité, la meilleure réponse aux défis que connaît la région», renchérit Sijilmassi. De l’avis unanime, cette université est une plateforme où se côtoient des étudiants, des enseignants chercheurs et des personnels de soutien de différentes nationalités et de cultures diverses. «Elle émane d’une vision royale pour l’inclusion, le vivre-ensemble, l’échange et la co-construction d’un espace académique et culturel, germe d’une intégration régionale entre les deux rives de la Méditerranée. Notre objectif n’est pas uniquement de former les meilleurs spécialistes et experts sur les questions d’intérêt pour le Maroc et pour l’espace Euromed, mais de former aussi des citoyens euro-méditerranéens conscients de notre destin commun et capables de relever les défis qui se posent à la région Euromed pour en faire un espace de paix, de développement et de prospérité partagée», conclut Mostapha Bousmina.

Des cours en six langues

L’UEMF propose des cours dans six langues (dont l’arabe, le français, l’espagnol, mais aussi l’italien et le portugais), avec l’objectif affirmé de développer les échanges entre le nord et le sud de la mer, et de devenir un centre d’excellence pour former les élites de toute la région. Cette université est érigée comme un nouveau campus régional unique en son genre, contribuant à promouvoir le dialogue, les échanges culturels et la coopération dans l’enseignement supérieur et la recherche entre les deux rives de la Méditerranée. L’UEMF ouvrira de nouvelles filières à savoir: génie civil, langue, traduction et interprétariat. Son INSA Euromed, jeune de 2 ans, continuera ses cursus afin de former quelque 400 ingénieurs, dans les filières de génie mécanique, génie électrique et communication. Il en est de même pour les filières du tourisme enseignées en partenariat avec la Sorbonne et l’architecture avec l’université de Florence et l’ENSAD.

 


Programmes d’enseignement

Les programmes d’enseignement et de recherche de l’UEMF sont conçus selon les meilleurs standards internationaux et centrés sur des thématiques prioritaires pour le développement de la région Euromed. Ils ont été co-créés et co-développés avec des établissements d’enseignement supérieur de renom de la France (le groupe INSA, l’École polytechnique de Paris, l’université Paris-1 Panthéon Sorbonne et l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD)) d’Italie (l’université de Florence, l’université polytechnique de Milan et l’université polytechnique de Turin), d’Espagne (l’université polytechnique de Madrid, l’université polytechnique de Catalogne (Barcelone), l’université de Granada et l’université de Gérone), du Portugal (l’université de Porto, l’université de Minho et l’université de Coimbra), d’Allemagne (l’université de Karlsruhe), de Suède (l’université de Stockholm), et de Tunisie (l’université Al Manar). Notons que la première tranche de l’éco-campus de l’UEMF, incluant des locaux d’enseignement et de recherche, de la restauration et des résidences universitaires, a été déjà réceptionnée et l’ensemble des autres constructions sera finalisé en 2021.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc