Economie

Relance du tourisme à Al Hoceïma: Le SOS de Sajid

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5057 Le 04/07/2017 | Partager
La tutelle demande main forte à ses cadres et aux autres ministères
Faire programmer par les oeuvres sociales des vacances à leurs bénéficiaires
Redresser la barre en lançant une vaste campagne de communication

 

al-houceima-tourisme-057.jpg

Al Hoceïma avec ses plages et son offre balnéaire est une destination d’été et la saison risque fort de pâtir des derniers événements (Ph. Adam)

Pas de vacances, du pain sur la planche et des sueurs froides pour Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, et Lamia Boutaleb, secrétaire d’Etat au même département. Leur mission, des moins évidentes, est de sauver coûte que coûte la saison touristique, ou ce qu'il en reste, de la ville d’Al Hoceïma.

En visite dans la région ce lundi, presse à l'appui, ils ont pu constater in situ le désastre des réservations et de la désertion des touristes. «Les baisses des réservations sont alarmantes et il s’agit d’essayer de sauver la saison touristique», note la secrétaire d’Etat qui continue sur un ton énergique: «Nous ferons ce qu’il faudra pour y arriver, nous n’avons pas le choix». En effet, pour les opérateurs, juillet et août sont critiques car ils constituent l’essentiel de l’activité touristique de la ville et de sa région.

Les images transmises par les réseaux sociaux y sont pour beaucoup dans cette défection. Une situation à laquelle les responsables gouvernementaux tentent d'apporter des clarifications de taille: «Tout ce qu'on montre sur la ville d'Al Hoceïma ne correspond pas à la réalité de la ville. C'est une cité calme avec de multiples potentialités naturelles», précise Lamia Boutaleb qui espère bien redresser la barre.

Pour y arriver, la première décision est d'inviter le touriste national, principal client de la destination, à y revenir. Une campagne de promotion sera, à ce propos, lancée dans les prochains jours (la saison est déjà entamée, faut-il le rappeler). Elle cible les médias presse, radio et télévision ainsi que les sites web, une première.

En outre, le ministre s’est dit prêt à donner l’exemple en demandant aux œuvres sociales de son département de programmer des séjours pour leurs bénéficiaires et a émis le vœu que tous les autres départements ministériels suivent la même voie.
Au niveau des connexions, talon d’Achille de cette destination, le ministre et ses collaborateurs ont promis de prendre les choses en main. Si actuellement la connexion par voie terrestre nécessite plus de 5 heures, cette dernière sera ramenée à 2 heures avec l’entrée en service de la future voie express Taza-Al Hoceïma prévue au plus tôt en 2018.

Concernant l’aérien, le ministre a indiqué qu’un projet de renforcement de la connexion est en cours. Cette dernière comprend actuellement trois liaisons hebdomadaires à partir de Casablanca et via Tétouan. Une 2e connexion à partir de Tanger est à l’étude ainsi qu’une connexion directe avec Casablanca. En effet, le vol actuel, avec une halte à Tétouan dure près de 3 heures, soit autant qu’un Casablanca-Paris, ce qui n’est pas de nature à encourager les visiteurs, selon le nouveau gouverneur d’Al Hoceïma, Farid Chourak pour qui la relance de la ville fait partie des priorités.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc