Habillage_leco
Impact Journalism Day

De la radiologie spécialement pour les hôpitaux du Sud

Par Cécile DENAYROUSEBertrand BEAUTE | Edition N°:5052 Le 23/06/2017 | Partager
hopitaux-du-sud-xiv-052.jpg

La start-up Pristem a donc développé un appareil de radiologie robuste, high-tech et low-cost, baptisé GlobalDiagnostiX, adapté aux conditions difficiles des hôpitaux du Sud. (Ph. Sylvain Liechti)

Alors que deux tiers de l’humanité n’a pas accès à l’imagerie médicale, une start-up lausannoise a développé un appareil spécialement conçu pour les pays émergents.

uel est le point commun entre un accident de la circulation, une pneumonie ou une fracture à la jambe? Si vous en êtes victime, votre médecin aura besoin de recourir à l’imagerie médicale pour poser le bon diagnostic. Sauf que les rares appareils que l’on trouve dans les pays émergents ne sont pas calibrés d’après leurs standards et tombent rapidement en panne, mal préparés aux chutes de tension du réseau électrique, à l’humidité, à la poussière, à la chaleur… En Afrique subsaharienne, jusqu’à 70% de l’équipement médical est ainsi non opérationnel. La start-up Pristem a donc développé un appareil de radiologie robuste, high-tech et low-cost, baptisé GlobalDiagnostiX, adapté aux conditions difficiles des hôpitaux du Sud. L’innovation réside aussi dans le type de contrat proposé. «Souvent les gouvernements étrangers achètent des appareils fabriqués en Europe ou aux Etats-Unis ou les reçoivent en don, sans avoir budgété le coût de la maintenance et sans avoir le personnel pour l’assurer, explique le fondateur Bertrand Klaiber. Notre modèle prévoit six ans de garantie inclus. Une offre unique en son genre. Une connexion Internet permettra de faire une surveillance de l’état des appareils à distance et d’offrir du support au personnel local pour effectuer des opérations de maintenance préventive. Cela permettra également d’implémenter des services de téléradiologie, ce qui peut être vital pour des pays qui manquent cruellement de spécialistes».  Concrètement, son projet prévoit à moyen terme de créer près de 400 emplois rien qu’en Afrique, contre 25 postes en Suisse. Un investisseur africain et un autre suisse sont déjà montés dans le navire Pristem. La start-up a besoin de 10 millions pour mettre son produit sur le marché: il lui reste toujours la moitié à trouver.

Cécile DENAYROUSE et Bertrand BEAUTE

tribune_de_geneve.jpg

 

 

 

ijd-logos.jpg

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc