Habillage_leco
Economie

Santé: Promesses, promesses...

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5048 Le 19/06/2017 | Partager
Un nouveau programme mise sur le renforcement de la capacité d’accueil
Des commissions régionales d’inspection pour en finir avec le laisser-aller dans les hôpitaux
sante_048.jpg

Le ministère de la Santé met en avant l’évolution des indicateurs du secteur depuis 2008. Mais l’effort reste insuffisant pour résorber le déficit. Surtout en matière de généralisation de l’accès aux soins et de capacité d’accueil des centres de santé

Le faible accès aux soins et la détérioration de la qualité des prestations de santé sont parmi les plus grandes causes de la grogne sociale. El Houssaine Louardi en est conscient. Il a reconnu qu’il s’agit des principaux challenges à relever durant ce mandat. Autant que les autres difficultés liées au déficit des ressources humaines et la faiblesse des financements.

C’est sur ce diagnostic que s’est basé le nouveau programme national de santé pour la période 2017-2020. Une énième stratégie, présentée par Louardi lors de la dernière réunion du Conseil de gouvernement, qui ambitionne de mettre fin aux maux du système de santé. Elle s’articule autour de quatre axes. Le premier porte sur la poursuite de la généralisation de la couverture médicale.

L’adoption par le Parlement du projet de loi sur la prise en charge des indépendants et des professions libérales s’inscrit dans cette logique. Le gouvernement veut aussi élargir ce dispositif aux migrants. Toutefois, c’est la pérennité du système qui constitue le véritable défi. La nouvelle stratégie entend renforcer le financement et la gouvernance de l’assistance médicale.

Le nouveau plan d’action entend aussi augmenter la capacité d’accueil du système de santé national. Cela devra passer par la construction de 4 CHU, 20 centres hospitaliers et 4 hôpitaux des maladies mentales. A cela s’ajoute la mise en place de 35 centres de soins de proximité. Les structures existantes devront aussi faire l’objet d’une mise à niveau. Le ministre de la Santé arrivera-t-il à mobiliser les fonds nécessaires pour la réalisation de ces projets.

Quoi qu’il en soit, le renforcement de la capacité d’accueil permettra d’augmenter le niveau d’accès des citoyens aux soins. Le gouvernement veut dépasser 40% de la population. Les consultations d’un médecin généraliste devront aussi être accessibles à 100% des citoyens à l’horizon 2021. Ce programme prévoit aussi de lancer une campagne de lutte contre l’hépatite C et les maladies cardiovasculaires.

La réussite de cette stratégie passe par la lutte contre le laisser-aller qui caractérise la plupart des centres hospitaliers. Cela est lié notamment à des dysfonctionnements de gouvernance. Pour en finir avec cette situation, le département de tutelle prévoit la création de commissions régionales d’inspection.

D’autres structures seront aussi mises en place. C’est le cas notamment de l’Autorité nationale consultative, chargée de la coordination entre les secteurs public et privé. Idem pour le lancement d’une Agence nationale des médicaments et produits sanitaires.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc