Culture

Photos: Coup de projecteur sur l’«Espace public, Espace privé»

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:5042 Le 09/06/2017 | Partager
La 2e édition des Rencontres de Rabat se poursuit jusqu’au 20 juin
A l’Espace Expressions CDG et à la Galerie Bab Rouah
Près d’une vingtaine d’artistes présentent leur vision
photos_espace_public_042.jpg

A travers la série «Intérieur/Nuit», Amine Oulmakki présente des saynètes d’un théâtre du réel racontant un récit qui renvoie souvent à sa propre histoire (Ph. Amine Oulmakki)

«CONSCIENTE du constat que la photographie au Maroc reste le parent pauvre de l’art et que celle-ci forge progressivement son identité artistique, la Fondation CDG a fait sienne la contribution à la promotion et à la valorisation de cet art», souligne Dina Naciri, directrice générale de la Fondation CDG. En effet, depuis 2010 la Fondation CDG a exposé près de 65 photographes au niveau de l’Espace Expressions CDG à travers des expositions collectives mais aussi individuelles.

Prolongement du Salon national d’art photographique (SNAP), initié par l’Association marocaine d’art photographique (AMAP), les Rencontres photographiques de Rabat investissent pour leur 2e édition l’Espace Expressions CDG et s’étendent également à la Galerie Bab Rouah. «Après 14 éditions du SNAP, l’association a décidé suite aux changements de la scène artistique au Maroc de créer ces rencontres. Nous devions en parallèle de la photographie intégrer la vidéo, l’installation sonore et photographique», explique Jaâfar Akil, directeur artistique des Rencontres photographiques de Rabat et également président de l’AMAP.

L’exposition de près d’une vingtaine de photographes nationaux dont un invité d’honneur, le franco-suisse, Michael Zumstein, qui est à découvrir jusqu’au 20 juin, voit se croiser diverses générations, sensibilités, expériences et tendances. Figurent parmi les exposants de grands noms de l’art au Maroc mais aussi des amateurs dont le talent a été reconnu.

photos_espace_public_1_042.jpg

Détail de l’installation photographique «Ustensiles» tirée du projet «A corps rompu» qui traite de la problématique de l’avortement (Ph. Fatima Mazmouzi)

Placé sous le thème «Espace public, Espace privé», ces rencontres invitent les artistes à mettre leur regard critique au service de la photographie en portant leur réflexion sur les frontières et les distances qui séparent les deux espaces. Les Rencontres photographiques de Rabat célèbrent cette discipline à travers notamment l’installation photographique de Fouad Maazouz.

A travers «Scènes de plage» l’artiste interroge le comportement au sein de l’espace balnéaire. Autre installation, «A corps rompu» de Fatima Mazmouz qui présente un polyptique composé de 14 photos qui traite du sujet de l’avortement. L’artiste aux œuvres très parlantes, crée des passerelles entre l’intime et les problématiques politico-socio-culturelles qui la traversent. Pour sa part, Nabil Boudarqa, initialement plasticien s’adonne pour la première fois à la photographie.

Muhcine Ennou a choisi la silhouette pour exprimer le thème de «L’espace public, espace privé» quand Abderrahmane Marzoug expose ses «Errances urbaines». Zakaria Wakrim a immortalisé à travers sa série «Annexes» des scènes questionnant  l’avancée d’un monde moderne et urbain face à un autre, plutôt rural et rustique.  Le visiteur pourra également découvrir les œuvres de Miloud Stira, Said Rais, Rachid Ouetassi, Hassan Nadim, Thami Benkirane…

Outre les expositions, cette manifestation a également été l’occasion de rendre hommage aux pionniers notamment Hicham Benohoud, Ali Chraïbi et Jamal Mehsanni, à travers des

photos_espace_public_2_042.jpg

L’invité d’honneur, Michael Zumstein, dont le travail s’inscrit dans la tradition du photojournalisme expose «This house is not for sale» immortalisé à Lagos, capitale du Nigéria. Le photographe qui reçoit des commandes de journaux comme Le Monde ou encore Le Point a produit ce travail au sein du projet «Dignité-droits de l’Homme et de la pauvreté» d’Amnesty International (Ph. Michael Zumstein)

séances de projection photographique.  Par ailleurs, des débats, des tables rondes  et des lectures de portfolios ont également été organisés. Tout cela, sans oublier la tenue d’un marathon photo qui invitait les jeunes talents à s’exprimer et dont les meilleurs ont été primés.

Ces Rencontres qui ambitionnent de s’imposer comme un évènement incontournable mettant en lumière l’art de la photographie sont soutenues par le ministère de la Culture et de la Communication. Ceci confirme que cette discipline acquiert petit à petit la place qu’elle mérite. «Aujourd’hui il y a une subvention pour la photographie, et une carte professionnelle. Le fait de permettre d’exposer uniquement de la photographie à la Galerie Bab Rouah est un phénomène nouveau au Maroc. Il s’agit d’un signal fort», note Jaâfar Akil.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc