Culture

Le roman de ramadan «Les petits-enfants de Zaynab»

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:5032 Le 26/05/2017 | Partager
Votre nouveau rendez-vous quotidien
Il sera publié en plusieurs épisodes à partir du 29 mai
zakia_daoud_032.jpg

Zakya Daoud, journaliste, écrivaine, et historienne,  auteure de nombreux ouvrages dont «Zaynab, reine de Marrakech», son premier roman et «Les petits-enfants de Zaynab», suite de ce dernier (Ph. L’Economiste)

Comme le veut la tradition, L’Economiste propose à ses lecteurs de découvrir une œuvre littéraire durant le mois de ramadan à partir du lundi 29 mai. Après avoir publié pour l’été «Zaynab reine de Marrakech», un récit de Zaynab Nefzaouia raconté par Zakya Daoud, les lecteurs pourront cette fois-ci plonger au cœur de l’histoire romanesque de l’ouvrage  «Les petits-enfants de Zaynab».

Cette œuvre historique, second tome de la journaliste, historienne et écrivaine Zakya Daoud a d’abord paru aux éditions L’Aube en 2008 avant d’être publiée aux éditions Le Fennec en 2015. Fascinée par le personnage de Zaynab Nefzaouia, après avoir raconté son histoire liée à la fondation de la dynastie almoravide et de Marrakech, sa capitale, Zakya Daoud s’est intéressée à sa descendance dans cette suite intitulée «Les petits-enfants de Zaynab».

A l’instar de son premier roman, l’auteure mêle à nouveau avec brio fiction et faits réels. Cette fois-ci, l’histoire démarre en avril 1147. Chassé par les Almohades triomphants, Abderrahmane, descendant de Youssef Ibn Tachfine et de Zaynab Nefzaouia, entraîne sa  mère Ziria (épouse de Tamin fils de Zaynab), sa femme Maria ainsi que ses enfants, Youssef, Tamin et Zaynab dans une errance qui les disperse aux quatre vents.

Les fugitifs entament un long périple vers le Sud du Maroc promettant à chacun d’eux une vie d’exception. «Mais on ne naît pas impunément arrière-petits-enfants de la grande Zaynab, fondatrice de la Perle du Sud», note la maison d’édition en couverture du livre. Ce voyage dans le passé relatera dans ses chapitres, notamment «La montée de Tamin vers le Nord», «Le marchand Youssef dans les tumultes du Caire» en passant par «Fès, au cœur de l’Empire» ou encore «La revanche des Almoravides».

les_petits_enfants_de_zaynab_032.jpg

Jacqueline Loghlam, née en 1937 en Normandie, s’est installée au Maroc en 1958. En 1963, officiellement correspondante de Jeune Afrique, la journaliste signait ses articles Zakya Daoud, traduction de son nom de naissance Jacqueline David, un nom d'emprunt qui devient plus tard son nom d'usage.

En 1966, au début des années de plomb, elle fonde avec son mari Mohamed Loghlam, «Lamalif», dont elle sera rédactrice en chef, jusqu’à son interdiction en 1988. De 1989 à 2001, l’écrivaine contribue à plusieurs publications à l’impact international et sera plus tard chroniqueuse à L’Economiste. Femme engagée, féministe et militante impliquée dans les luttes politiques, elle publie de nombreux ouvrages sur diverses thématiques, de l’immigration à l’histoire de grandes figures marocaines comme Abdelkrim Al Khettabi ou encore Mehdi Ben Barka.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc