Competences & rh

Enquête PwC: L’Afrique francophone séduit

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5029 Le 23/05/2017 | Partager
94% des directeurs financiers souhaitent y étendre leurs activités
Réglementation, fiscalité, sécurité, accès au financement... des obstacles de taille
enquete_pwc_029.jpg

Les compétences techniques sont les plus recherchées par les directeurs financiers. En tête des métiers, les contrôleurs de gestion, suivis par les fiscalistes et les trésoriers. Les compétences en IT sont également en train de monter. Elles représentent  28% en 2017 contre 15% en 2016

«40% du résultat net part de notre groupe est généré par nos activités à l’international, avec 30% provenant de nos différentes filiales en Afrique subsaharienne» témoigne Zouhair El Kaissi, directeur pôle finances & participations Groupe BMCE Bank of Africa. La croissance économique en Afrique ne séduit pas seulement BMCE.

Selon la 2e enquête du cabinet d’audit PwC Maroc, «Enjeux stratégiques et priorités 2017 du directeur financier», présentée jeudi dernier à Casablanca, 94% des responsables financiers sondés choisissent de s’internationaliser sur l’Afrique francophone. La partie anglophone du continent est également prisée. Près de la moitié des directeurs souhaitent y investir, contre seulement 10% en 2016.

Pour concrétiser leur volonté de déploiement dans le continent, les directeurs financiers misent sur certains axes stratégiques. Plus de la moitié d’entre eux tablent sur la réorganisation des activités et des marchés, ainsi que sur une croissance organique. Un tiers des responsables souhaitent se recentrer sur le cœur de leurs métiers.

La prospérité de l’économie en Afrique francophone est également marquée par l’évolution des réglementations en vigueur et les transformations technologiques rapides. Pour suivre ces mutations, des actions sont menées par les directeurs financiers afin d’améliorer le pilotage des performances. «Le volume de nos données a radicalement augmenté.

Par conséquent, l’automatisation complète des processus est au cœur de nos préoccupations», indique Sawsan Benzidia, directrice du pôle support à Casa Transport. Une préoccupation que 50% des dirigeants priorisent également. Une même importance est accordée au remaniement du dispositif de planification et de contrôle de gestion. 

Malgré l’optimisme croissant de ces dirigeants dans leurs prévisions (80% pour 2017, contre 54% en 2016), certains obstacles freinent leur développement sur le continent.  «Pour l’Afrique subsaharienne, le principal obstacle est la réglementation et le manque d’harmonisation des législations. La fiscalité très pesante pour les entreprises est également une contrainte», explique Douty Fadiga, associé PwC Afrique francophone.

A cela s’ajoutent le contexte géopolitique et la sécurité qui sont jugés tout aussi contraignants, surtout au niveau du Maghreb, ainsi que l’accès au financement et les coûts des changes. Il est à noter que l’enquête de PwC a été menée auprès d’une centaine de directeurs financiers opérant dans différents secteur d’activité en Afrique.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc