Culture

Mawazine: Clap de fin mémorable avec Rod Stewart et Alpha Blondy

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:5028 Le 22/05/2017 | Partager
George Wassouf à Nahda et musique chaâbi à Salé
Une 16e édition avec plus de 2 millions de festivaliers
mawazine-rod-stewart-028.jpg

Le légendaire Rod Stewart à l’énergie et au charisme indéniables a offert une performance inoubliable en clôture du festival interprétant ses titres emblématiques (Ph. Bziouat)

La semaine la plus animée de l’année que connaît Rabat capitale culturelle a touché à sa fin samedi soir. Après une semaine de festivités qui a démarré le 12 mai, la ville lumière retrouve son calme habituel. Une pléiade de concerts a animé plusieurs coins de la ville de Salé à Hay Nahda en passant par l’OLM, le Bouregreg ou encore le Chellah et bien évidemment le Théâtre Mohammed V.

Mawazine a également célébré l’art marocain des spectacles de rue qui ont sillonné les grandes artères de la capitale suscitant la curiosité des badauds. Des troupes d’arts urbains ont investi l’espace public surprenant les festivaliers avec des shows d’acrobaties, musicaux mais aussi de danse et de dakka marrakchia.

Retour sur les 3 derniers jours de concerts. Nick Jonas a foulé la scène de l’OLM jeudi sous les cris de ses fans. Le chanteur américain d’une grande générosité a partagé ses nouvelles, mais aussi ses anciennes chansons devant des festivaliers conquis par son talent de chanteur, de guitariste mais aussi par son côté charmeur. Vendredi, c’était au tour de sa meilleure amie, Demi Lovato, de se produire.

tamer_housni_028.jpg

La star qui a drainé le plus de fans cette année à la scène Nahda est incontestablement Tamer Hosny (Ph. Bziouat)

La chanteuse a confié à son public que plus jeune, elle n’aurait jamais pensé avoir des fans jusqu’au Maroc, un pays qu’elle visite pour la première fois. Après avoir ouvert le bal avec «Confident» (durant lequel il y a eu quelques problèmes techniques), l’interprète de «Heart Attack» a partagé plusieurs titres racontant son expérience personnelle. Et c’est en beauté que la scène de l’OLM fut clôturée accueillant une légende vivante, Rod Stewart.

Le chanteur «very british» a donné un concert mémorable qui marquera sans aucun doute l’histoire des shows mythiques du festival. Et c’est sous une chaleur assommante, que le chanteur à la voix inimitable et encore intacte a donné un spectacle dans lequel il a interprété ses titres qui ont traversé les décennies de «Baby jane» à «Do you think i’m sexy» en passant par «Forever young» pour un final majestueux avec l’incontournable «I am sailing».

De grands concerts ont également animé la rive du Bouregreg qui a célébré la musique du continent avec brio. Jeudi, la scène a vibré aux sons africains avec Pat Thomas et KwashibuArea Band, l’une des plus grandes voix du Ghana avant d’accueillir une ambiance de carnaval avec la chanteuse Calypso Rose.

Son incroyable énergie, à 77 ans, ainsi que sa voix de velours lui ont valu le titre incontesté de «Reine du Calypso». Samedi, autre grand moment musical avec Alpha Blondy à qui a été confiée la clôture de la scène du Bouregreg. Et bien évidemment, c’est avec brio que le chanteur de reggae adulé a tenu sa mission devant un public conquis entonnant ses chansons.

flamenco_mawazine_028.jpg

José Porcel et sa troupe qui sont déjà venus au Maroc ont donné un spectacle de flamenco époustouflant au Théâtre national Mohammed V (Ph. Youness Hamiddine)

Une autre grande figure était présente à Nahda jeudi, Tamer Hosny. La star égyptienne qui a connu la plus grande affluence de cette scène a interprété des titres tirés de ses 16 albums pour le plus grand plaisir de ses milliers de fans venus l’applaudir. Le lendemain, c’était au tour de Asma Lamnawar et Hatim Ammor de fouler les planches. Les deux chanteurs nationaux à la carrière qui s’étend dans le monde arabe ont rassemblé des dizaines de milliers de spectateurs. Mais il y aurait eu un petit accrochage entre eux qui expliquerait le commencement tardif du concert…

alpha_blondy_028.jpg

Les fans de reggae ont passé un excellent moment avec le grand Alpha Blondy, toujours en osmose avec son public (Ph. Bziouat)

La Syrie était à l’honneur en clôture avec George Wassouf. L’icône de la chanson arabe, bien que malade, a donné un concert qui restera gravé dans la mémoire de ses fans. De l’autre côté du Bouregreg à Salé, les festivaliers se sont déplacés en masse pour célébrer le rap marocain. Au programme 3 concerts en un, invitant Masta Flow, Don Bigg et La Fouine sur scène pour un moment musical que les amateurs ne risquent pas d’oublier de sitôt.

Plusieurs styles musicaux se sont invités sur scène vendredi avec Ribab Fusion, Farid Ghannam et Issam Kamal. Le mot de la fin a résonné aux rythmes du chaâbi qui compte beaucoup d’aficionados, pour les satisfaire Mustapha Bourgogne, Abdellah Daoudi et Haj Abdelmoughit étaient à l’honneur.

lbigg_028.jpg

 Le rap marocain était célébré jeudi à la scène de Salé notamment avec Don Bigg (ci-dessus). Masta Flow et La Fouine étaient également invités la même soirée (Ph. Bziouat)

Le public du Chellah a continué sa promenade au sein des îles en embarquant pour la Martinique avec Stella Gonis jeudi, quand vendredi le public de la scène intimiste a fait escale à l’Ile de la Réunion avec Saodaj avant de découvrir Elida Almeida du Cap Vert en clôture.

Les mélomanes se sont également donné rendez-vous au Théâtre national Mohammed V pour une belle escapade voguant au gré des rythmes du monde. La grande voix de Lotfi Bouchnak frôlant souvent la perfection a hypnotisé l’audience du théâtre jeudi. Cap vers l’Espagne pour le début du weekend avec José Porcel et sa troupe en remplacement de Rafael Amargo prévu initialement. Le public qui a pu apprécier ce beau spectacle de Flamenco n’a pas manqué de le faire savoir sous un torrent d’applaudissements.

La tombée de rideau s’est tenue après un concert de la libanaise Jahida Wehbe. Celle qui excelle dans la poésie, la musique et le théâtre a fait revivre l’âge d’or de la chanson arabe devant une audience charmée par son talent.
Comme c’est le cas depuis plusieurs années, le Festival Mawazine-Rythmes du monde a drainé plus de 2 millions de festivaliers, il est considérer comme le deuxième plus grand évènement culturel au monde. Et tout cela sans engendrer de problèmes, le dispositif de sécurité mis en place et les forces de l’ordre sont à saluer.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc