Brèves

Brèves Internationale

Par L'Economiste | Edition N°:5005 Le 18/04/2017 | Partager

■ Ouarzazate: La 4e édition d'Eco trail du 18 au 21 avril

ecotrail_005.jpg

Initié par l'Association des marathoniens de Ouarzazate, l'Ecо trаіl dе Ouаrzаzаtе еst unе cоursе à pіеd dе plеіnе nаturе еn аllurе lіbrе, d'unе dіstаncе dе 75 km еn trоіs étаpеs, оu unе dеuхіèmе éprеuvе d'unе dіstаncе tоtаlе dе 30 km еnvіrоn еn 3 étаpеs (3х10km).
Cette course, qui mêle sport et sensibilisation à la protection de l’environnement, s’assigne pour objectif le développement touristique et sportif de Ouarzazate. Elle vise aussi à mettre en valeur le patrimoine naturel et architecturel des kasbahs de la ville et à sensibiliser le public à la protection de l'environnement, sachant que l'épreuve sportive permet d'envisager une vision positive et dynamique du développement durable.

La première étape (19 avril), dont le départ sera donné au milieu des décors des films tournés à Ouarzazate ("Astérix et Obélix", "Cléopâtre", "Prince of Persia","Kundun", "Gladiator" entre autres), traversera les pistes désertiques de Ouarzazate pour arriver aux mythiques décors de Ait Ben Haddou (ksar du Maroc inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco). La deuxième étape (20 avril) est d'une distance de 30 km qui se déroulera à 40 km de Ouarzazate dans les oasis de Skoura d'une magnifique palmeraie et de cultures irriguées. La dernière étape (21 avril) est une étape de 23 km qui se déroulera à 40 km de Ouarzazate dans le désert au milieu du patrimoine architectural de Skoura (classé patrimoine mondial). Des kasbahs, des villages aux bâtisses ancestrales défileront tout au long du parcours...

■ Merzouga: La société civile se mobilise pour les oasis

merzouga_005.jpg

Sécheresse, pénurie d'eau, inondations, pressions sur les ressources hydriques... les oasis de Draâ-Tafilalelt se heurtent de plein fouet aux aléas climatiques de plus en plus sévères. Une situation qui a poussé la société civile, plus particulièrement l’Association saharienne pour le développement touristique et culturel, à se mobiliser. Celle-ci vient d'élaborer un plaidoyer en faveur de la cause oasienne, fruit d'un travail de terrain de 18 mois dans toute la ceinture du sud-est du Maroc jusqu’au Grand Atlas.

«Ce document de 50 pages a été remis au Parlement, aux élus oasiens et au président de la région Draâ-Tafilalet, pour introduire les recommandations de la société civile sur la gouvernance hydrique oasienne», a précisé le président de l'association et également fondateur et président de l’équipe de recherche des sciences de l’environnement à la faculté des sciences et techniques d'Errachidia. Ce document, qui a été présenté également au programme du micro-financement du Fonds pour l’environnement mondial (PMF/FEM), recommande la mise en place d’un système qui permettra la gestion de l’eau dans les milieux arides. Les recommandations ont également porté sur le cadre juridique et institutionnel régissant les ressources hydriques dans les oasis et ont été formulées en concertation avec d'autres associations.

■ Laâyoune aura sa faculté de médecine et de pharmacie
Les provinces du sud seront dotées d’une faculté de médecine et de pharmacie relevant de l’Université Ibn Zohr (UIZ) d’Agadir. Ce projet sera financé par le fonds saoudien, comme cela a été le cas pour la Faculté de médecine et de pharmacie d’Agadir. «Nous sommes en phase de lancement des études pour déterminer la consistance du projet», a déclaré Omar Halli, président de l’UIZ. «Nous travaillons aussi sur le volet scientifique et les ressources humaines qui sont les garantes de la réussite d’un projet de cette envergure», a-t-il ajouté. Il faut préciser que cette première structure du genre qui sera édifiée à Laâyoune, rentre dans le cadre de l’initiative gouvernementale de formation de 3.300 médecins par an à l’horizon 2020. Et de consolidation de l’offre de l’enseignement supérieur dans les provinces du sud via la mise en place de différentes filières. Dans ce sens, il faut rappeler que Laâyoune comprend déjà une Ecole supérieure de technologie (EST), la Faculté de médecine et de pharmacie sera donc le deuxième établissement supérieur public sur la place. A Dakhla, l’offre de l’UIZ se traduit par une Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG). Elle sera renforcée incessamment par le lancement d’une EST. Pour rappel, l’offre de l’Université Ibn Zohr d’Agadir se limitait à 8 établissements en 2012. Elle en est  à 16 aujourd’hui, participant ainsi activement au développement de l’enseignement supérieur dans les régions Souss Massa, Draâ Tafilalet et dans les provinces du sud. F.N.

■ Souss: L’intégration sociale par le sport
Encourager la pratique sportive dans les quartiers des milieux ruraux et urbains pour l’intégration sociale des enfants et des jeunes. Telle est la raison d’être de la troisième édition du Programme «Les Champions du quartier», qui englobe deux disciplines sportives, le football et le basket-ball. Cette compétition, qui se déroule entre mars et juillet 2017, est organisée par la Direction régionale du ministère de la Jeunesse et des Sports. En partenariat avec la wilaya de la Région Souss Massa, la préfecture  Inezgane-Aït Melloul, les provinces de Chtouka Aït Baha, Tiznit, Taroudant, Tata et les collectivités territoriales. Selon la Direction régionale, le nombre de participants dont l’âge est compris entre 13 et 20 ans, dépassera les 2.450. Soit quelque 245 équipes représentant les préfectures et  provinces d’Agadir Idaoutanane, Inezgane-Aït Melloul, Chtouka Aït Baha, Taroudant, Tiznit, et Tata.  A l’issue de la phase régionale, trois équipes seront qualifiées et représenteront la région à la finale nationale. F.N

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc