Entreprises

Médicament générique: Une initiative africaine de promotion

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5005 Le 18/04/2017 | Partager
Création d’un comité de suivi des accords à Casablanca
Vaincre l'hépatite virale C d’ici 2025, promet le ministre de la Santé

Le continent africain affiche des indicateurs alarmants en matière de prise en charge des maladies. En effet, avec environ 1 milliard d’habitants, soit près de 15% de la population mondiale, le continent consomme moins de 1% des dépenses mondiales de santé et représente la moitié de la mortalité infantile dans le monde.

A l’origine de ces constats, plusieurs insuffisances dont: le manque d’infrastructures et d’organisation des systèmes de santé, la pauvreté, l’instabilité politique… «Il n’est plus admissible que le continent africain ne contribue qu’à hauteur de 2,3% du chiffre d’affaires généré par l’industrie pharmaceutique», s’étonne Abdelghani El Guermai, à l’ouverture de la 1re rencontre Menafrique Santé à Casablanca.

Soutien de l'AMIP

Le président des Laboratoires Galenica a souhaité que s’accentue la coopération bilatérale entre pays africains, dans les domaines de la santé et pharmaceutique. Il a donc invité la vingtaine de pays présents à adhérer à l’initiative Menafrique Santé. En marge de la rencontre, les Laboratoires Galenica ont signé avec plusieurs pays africains l’accord de création du comité permanent Menafrique Santé (CPMS). Le comité siège pour 2 ans.

Le projet a pour objectif d’influencer la politique de santé et médico-pharmaceutique des pays signataires, l’enregistrement des médicaments et produits de la santé, le contrôle de la qualité des médicaments ainsi que le développement de leur qualité. Le comité permanent prendra part au système d’approvisionnement en médicaments et produits de la santé des pays membres. Il assurera la promotion des médicaments génériques et leur accessibilité, et la lutte contre la contrefaçon des médicaments et produits de santé.

Le comité veillera à l’ouverture des marchés, la facilitation des échanges commerciaux en matière de médicaments et produits de la santé, ainsi que le développement de la recherche et développement entre ses membres. L’initiative bénéficie du soutien de l'Association marocaine de l'industrie pharmaceutique (AMIP). Son président n’a pas manqué de rappeler que la santé et le développement économique vont de pair. Il a à cet effet, encouragé les pays présents à la cérémonie à investir dans la santé comme l’a recommandé la déclaration d’Abuja. Cette déclaration engage les gouvernements africains à consacrer au moins 15% du total de leurs budgets annuels au secteur de la santé.

Le ministre de la Santé du Maroc a quant à lui, présenté la politique du Royaume en matière de prise en charge et traitement de l'hépatite virale C. «Nous avons l’espoir de vaincre l'hépatite virale C à l’horizon 2025», annonce El Houssaine Louardi. Il en a profité pour féliciter les laboratoires pharmaceutiques marocains pour la mise sur le marché des traitements par agents antiviraux directs. Pour le ministre, les coûts abordables de ces traitements permettent une diminution substantielle du coût de la prise en charge de la maladie (environ 89 fois moins chère qu’en Europe).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc