Politique

Eaux et forêts: Premier couac du gouvernement

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5001 Le 12/04/2017 | Partager
Le haut-commissaire finalement maintenu
Un patrimoine foncier qui aiguise les appétits
Des tentatives avortées par le passé
abdeladim_lhafi_001.jpg

Après celle du gouvernement Abbas El Fassi, c'est la deuxième tentative d'"OPA" avortée contre le Haut-commissariat aux Eaux et forêts. Lhafi conservera son département (Ph. Bziouat)

Avant même son investiture, le gouvernement a commis son premier couac à cause de la nouvelle architecture de l’équipe de Saâdeddine El Othmani. Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, a supervisé la passation des pouvoirs entre Hammou Ouhelli, secrétaire d’Etat en charge du Développement rural et des Eaux et forêts, et Abdelâdim Lhafi, haut-commissaire aux Eaux et forêts vendredi dernier en fin de matinée.

Rebondissement au lendemain de cette cérémonie marquée par la joie et par les larmes. En effet, Lhafi a été informé que son poste de haut-commissaire était maintenu. Il devait donc retrouver son département dès lundi. Cette affaire, aux soubassements bizarres, montre surtout que le domaine forestier, un réservoir foncier et immobilier, continue d'aiguiser les appétits.
Les Eaux et forêts n'en sont pas à leur première «OPA» avortée. Déjà une expérience tentée au début du gouvernement de Abbas El Fassi a été accueillie par un niet du cabinet royal. Avant de devenir Haut-commissariat, cette structure avait pris plusieurs formes. D’une direction, elle est passée à une administration générale, puis un ministère délégué (Saïd Chbaâtou), département rattaché au Premier ministre pour aboutir à la création d’un Haut-commissariat en 2003 (Driss Jettou).

Le fait de rattacher le Haut-commissariat au ministère de l’Agriculture peut être très bénéfique. Ses dossiers, ses projets de loi et de décret seront défendus au sein du Conseil de gouvernement et du Conseil des ministres où les hauts-commissaires n’ont pas le droit d’assister. En outre, la représentativité de cette structure au Parlement, particulièrement lors des questions orales, sera réglée. Jusqu’ici, c’est le ministre des Relations avec le Parlement qui était chargé de répondre aux questions.  Il lisait des textes écrits ailleurs.

Le Haut-commissariat compte à son actif de nombreuses réalisations au niveau du taux de reboisement, du plan national contre les incendies, ainsi que des initiatives régulières en matière de protection de la faune et de la flore. Le Maroc est arrivé à être dans les 25 pays qui ont inversé la tendance de régression des forêts. Au niveau de la sécurisation, du foncier, en moins de 10 ans, le Haut-commissariat est arrivé à l’enregistrement de 8 millions d’hectares sur 9. Il y a aussi le bilan de la personne. Lhafi, au-delà de son expertise reconnue, a été l'un des principaux architectes de la COP22.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc