Médias

Symposium UPF: L’Université polytechnique Mohammed VI, un cas d’école!

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4998 Le 07/04/2017 | Partager
Conçue selon les normes d’une gestion responsable de l’environnement, elle a accueilli le 2e symposium de l’UPF
Et offre des programmes de recherche de haut niveau dans le domaine
1,5 milliard de DH d’investissement
upf_universite_polytechnique_mohammed_vi_098.jpg

S’inscrivant dans l’esprit «Smart City» de la ville verte, le bâtiment d’enseignement de l’Université Mohammed VI Polytechnique s’est vu décerner le label international Leadership in Energy and Environmental Design (LEED), faisant de lui le premier projet bénéficiant de cette certification au Maroc (Ph. M. Hihi)

Il fait chaud ce jeudi matin, 30 mars à Ben Guerir. Les premiers invités du 2e symposium international de l’Union de la presse francophone (UPF) arrivent par petits groupes.  Le comité d’organisation de l’UPF et l’équipe de l’um6p (pour Université Mohammed VI Polytechnique) sont sur le pied de guerre. Les badges, les affiches, les écrans, le son des micros, les porte-noms, les hôtesses, l’accueil des officiels et des participants,...tout est vérifié au millimètre près.

Avant le jour J, «il a fallu des heures d’échanges au téléphone, des centaines de mails, des déplacements, des crises de nerfs, des fous rires, mais on y est et nous allons démarrer notre symposium», explique un membre du comité d’organisation de l’UPF Maroc tout en saluant «l’implication des jeunes équipes dynamiques de l’um6p» qui, elles aussi, veillent au moindre petit détail. Une véritable ruche à pied d’œuvre.

 

jean_kouchner_et_nabil_ouchagour_098.jpg

Dernières mises au point avant le coup d’envoi du symposium. Khadija Ridouane, Secrétaire générale adjointe internationale de l’UPF aux côtés de Nabil Ouchagour du département affaires publiques et relations publiques à l’OCP et Jean Kouchner, Secrétaire général international de l’UPF (Ph. M. Hihi)

Le coup d’envoi est ainsi donné au 2e symposium de l’UPF et dont la thématique était l’avenir écologique africain. Les 150 médias venus d’une trentaine de pays francophones découvrent avec beaucoup de fascination leur lieu de travail: l’Université Mohammed VI Polytechnique, financée par l’OCP et déployée sur 16 hectares, au cœur de la ville verte de Ben Guerir. Cette infrastructure gigantesque dédiée à la formation et à la recherche est un cas d’école.

Le site qui vise la certification environnementale, Leed ND (Leadership in Energy and Environmental Design for Neighborhood Development) a été conçu avec un nouveau modèle de planification urbaine. Son cahier des charges intègre ainsi les normes d’une gestion responsable de l’eau (double circuit: eau potable-eaux grises, stockage des eaux de pluie, recyclage des eaux usées). C’est aussi un cadre agréable et valorisant pour les étudiants méritants, à la recherche d’une formation de très haut niveau.

«Cette université avec toutes ses infrastructures nous donne vraiment envie de retourner sur les bancs de l’école», dira non sans humour un des participants étrangers.
S’inscrivant dans l’esprit «Smart City» de la ville verte, le bâtiment d’enseignement de l’Université Mohammed VI Polytechnique s’est vu décerner le label international Leadership in Energy and Environmental Design (LEED), faisant de lui le premier projet bénéficiant de cette certification au Maroc. Concrètement, l’université Mohammed VI Polytechnique de Ben Guerir dispose également de sites d’expérimentation, ouverts à la communauté scientifique, et permettant aux étudiants chercheurs des universités partenaires de tester des solutions à l’échelle réelle dans des domaines clés.

 

upf_unive_mvi_098.jpg

Le comité d’organisation de l’UPF Maroc, composé de Radia Lahlou, Jihane Gattioui, Myriam Ezzakhrajy, Fatima El Ouafi, Khadija Alaoui et Khadija Smiri, à pied d’oeuvre pour accueillir les participants et veiller au bon déroulement de la rencontre (Ph. A. Zahim)

Au total, près de 1,5 milliard de dirhams sera investi sur 5 ans dans ce campus universitaire. L’établissement privé qui se veut un pôle du savoir et de la formation devra hisser le pays au rang des Etats qui investissent dans la R&D. Ses programmes de recherche ciblés veulent apporter des réponses aux principaux défis et enjeux auxquels est confronté le continent africain, tels que la sécurité alimentaire, le développement économique, l’industrialisation durable et la politique publique.

En contribuant à la formation d’une nouvelle génération de chercheurs, d’entrepreneurs et de leaders d’origines marocaine et africaine, l’Université Mohammed VI Polytechnique entend devenir une véritable tête de pont entre le Maroc, l’Afrique et le monde. A terme, quelque 12.000 étudiants, encadrés par 1.000 enseignants-chercheurs y sont attendus. Les plus méritants, particulièrement les étudiants issus de familles modestes auront également droit à cette formation grâce à un système de bourse.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc